Skip to main content
Printable page generated Monday, 14 Jun 2021, 03:08
Use 'Print preview' to check the number of pages and printer settings.
Print functionality varies between browsers.
Printable page generated Monday, 14 Jun 2021, 03:08

Module 2 : Exploration du développement de l’enfant dans son contexte social

Section numéro 1 : Exploration des réseaux sociaux

Question clé: Comment est-ce que l'utilisation du jeu de rôle, des arbres généalogiques et des experts locaux peut vous aider à explorer les réseaux sociaux  ?

Mots clés: jeu de rôles, différences, résolution de problèmes, classes nombreuses, réseaux sociaux, arbres généalogiques

Résultats de l’apprentissage

À la fin de cette section, vous aurez :

  • organisé des discussions et utilisé les arbres généalogiques pour identifier la famille proche et étendue des élèves ;
  • utilisé les jeux de rôles et la résolution des problèmes pour explorer les réseaux et les relations à l’intérieur de l’école ;
  • travaillé avec des experts locaux pour améliorer la connaissance des élèves sur les réseaux communautaires.

Introduction

Les enfants appartiennent à différents réseaux familiaux, claniques, ethniques et sociaux qui définissent qui ils sont. En tant qu’enseignant, vous devez être sensible à ces différences et faire en sorte que tous vos élèves se sentent inclus dans les nouveaux réseaux qu'ils construisent.

Dans cette section, vous allez utiliser diverses méthodes d’enseignement et diverses ressources qui aideront vos élèves à identifier leurs propres réseaux et à respecter leurs différences. Nous allons commencer par discuter et par dessiner des arbres généalogiques qui permettront de retrouver quels sont les liens familiaux. Vous utiliserez le jeu de rôles et des activités de résolution de problèmes afin d’aider les élèves à identifier leur réseau scolaire. Enfin, nous vous proposons d’inviter un expert local pour explorer les réseaux communautaires plus étendus qui font partie de la vie de vos élèves.

1. Exploration des réseaux familiaux avec des classes pléthoriques

Nous avons tous des réseaux familiaux très différents, mais il y a souvent de nombreux éléments et de nombreuses structures qui sont comparables.

Lorsque vous allez discuter des réseaux familiaux, certains enfants de votre classe viendront probablement de familles dont la structure sera très différente de celles des autres. Vous aurez besoin de compétences particulières pour aider ces élèves à faire face à ces différences et vous assurer que les autres enfants de la classe répondent également positivement à ces différences.

Les classes nombreuses présentent des défis particuliers pour les enseignants – en particulier si ce sont des classes à niveaux multiples. Les documents Étude de cas 1 et Activité 1 font des suggestions permettant d’explorer les réseaux familiaux avec des classes à effectifs différents et à niveaux multiples.

Les stratégies utilisées ici sont basées sur la présentation, la discussion en petits groupes et le retour d’informations.

Ressource clé : Travailler avec des classes à effectifs lourds ou à niveaux multiples apporte des idées supplémentaires.

Étude de cas 1 : Discuter des types de famille avec une classe nombreuse

Mademoiselle Kaga, du Togo, a une classe de 70 élèves. Cette classe travaille sur les réseaux sociaux, et Mademoiselle Kaga veut utiliser différentes méthodes pour aider ses élèves à identifier les types de familles. Elle sait qu’il est important d'aider les élèves à découvrir les choses par eux-mêmes, plutôt que simplement leur dire ce qu'elles sont. Elle parle des types de familles, et pose beaucoup de questions à ses élèves, à propos de ces différents types. De cette façon, elle voit ce qu’ils savent déjà, et cela maintient leur intérêt. Elle remarque que trois filles assises au fond de la classe ne répondent jamais et elle décide de leur parler à la fin du cours. Ensemble, les élèves identifient différents types de familles comprenant les familles nucléaires et étendues, les familles monoparentales et les groupes familiaux dirigés par des enfants.

Les élèves s’assoient par groupes autour d’un bureau, et Mademoiselle Kaga leur demande de rester en place. Le regroupement autour d’un bureau n’est pas toujours la meilleure solution, mais quelquefois c’est la seule manière pratique, en particulier avec des classes très nombreuses. Ces groupes sont d'âges divers et de capacités diverses.

Chaque groupe discute des situations particulières de ses membres et identifie les différents groupes familiaux dans lesquels ils vivent. Le groupe fait alors une synthèse et Mademoiselle Kaga fait la liste des différents types de familles au tableau. Les élèves recopient la liste dans leurs cahiers. Ils font un sondage à main levée pour compter combien il y a d'enfants appartenant à chaque type de famille dans la classe. Ils discutent ensuite avec la classe pour trouver pourquoi il est important de respecter les différences

Lors du cours suivant, Mademoiselle Kaga demande aux mêmes groupes de discuter de la raison pour laquelle nous vivons dans des groupes familiaux. Les raisons qu’ils ont identifiées sont indiquées dans la Ressource 1 : Raisons pour lesquelles nous vivons dans des familles. Les enfants des groupes parlent aussi des types de maisons dans lesquelles ils vivent et de quoi sont faites leurs maisons. Enfin, ils rédigent un court texte sur leur propre famille, leur propre maison et expliquent en quoi elles sont différentes de celles d’un autre élève de la classe, en général un ami proche.

Activité 1 : Discussion et retour d’information sur les réseaux familiaux

Pour cette activité, vous devez préparer un cours sur l’exploration des réseaux familiaux. Pour ce faire, vous devez prendre en compte les points suivants :

Si vous avez des élèves plus âgés ou une classe nombreuse, il serait bien d'utiliser la même discussion et les mêmes méthodes de retour d'informations que Mademoiselle Kaga. Avec des élèves plus jeunes, vous pouvez encore utiliser la discussion soit en groupe soit avec la classe entière, mais il est possible que le fait de dessiner des arbres généalogiques puisse aider les plus jeunes à comprendre mieux leurs relations familiales (voir Ressource 2 : Réseaux familiaux).

Avec des élèves plus jeunes, vous pouvez aussi utiliser le théâtre en faisant jouer les rôles des membres de la famille par les élèves. Il peut être amusant de chercher qui a la plus grande famille de la classe, ou la famille qui a le plus de femmes. Vous pouvez relier ce sondage à des cours de mathématiques.

Faites attention si vous avez des enfants venant de groupes familiaux dirigés par des enfants dans votre classe parce que ces élèves peuvent avoir l’impression qu’ils sont trop différents des autres, et avoir honte ou être gênés. Vous aurez besoin d'apporter votre soutien à ces élèves, afin qu'ils se sentent bien dans leur peau. Faites attention à ce que les autres élèves ne réagissent pas négativement à la différence, ces élèves pourraient se sentir mal à l’aise.

Comment allez-vous commencer le cours pour susciter leur intérêt  ? Quelles sont les activités que vous voulez que les élèves fassent pour bénéficier de l’apprentissage du cours  ?

Quand votre projet vous semble satisfaisant, vous pouvez passer à l’enseignement du cours.

2. Utilisation du jeu de rôles et de la résolution de problèmes pour explorer les relations à l’intérieur des groupes

Faire partie d’un groupe rend tout le monde heureux et en sécurité, en particulier les enfants. Cela est particulièrement vrai en dehors de la famille. À l’école, par exemple, les groupes d’amis sont très importants pour les enfants. Les groupes d’amis sont souvent une expérience positive, mais il peut arriver qu’ils aient un impact négatif sur certains enfants qui sont exclus ou harcelés par d’autres. Dans cette partie du cours, vous allez utiliser le jeu de rôles et la résolution de problèmes pour aider vos élèves à explorer leurs groupes d’amis, et l’influence qu’ils ont sur leur vie quotidienne.

Vous devrez passer un certain temps à préparer des jeux de rôles adaptés à l’âge des enfants de votre classe. La Ressource 3 : Jeux de rôles destinés à explorer les réseaux scolaires offre des suggestions. Cela vous aidera à commencer, mais vous pouvez certainement penser à d’autres situations réelles et pertinentes que vous pourrez utiliser. Faites attention aux individus particuliers de votre classe, prenez en compte tous les problèmes qui sont survenus, et faites attention à la manière dont vous préparez vos jeux de rôles.

Avec les élèves les plus jeunes, il est important de les aider à bâtir de bonnes relations et de bonnes amitiés afin qu'ils pensent que venir à l'école est une expérience positive. En utilisant des histoires à propos de différentes situations qui peuvent se produire, vous pouvez stimuler des idées au sujet de la manière de s’aider les uns les autres.

L’Étude de cas 2 montre ce qui s'est passé lorsqu'un enseignant a utilisé le jeu de rôles et la résolution de problèmes dans sa classe.

Étude de cas 2: Groupes d’amitié

Mademoiselle Adjoh voulait aider sa classe de cours élémentaire première année (CM1) à discuter de l’impact des groupes d’amitié. Elle a d’abord préparé des cartes indiquant des problèmes correspondant à l’âge de ses élèves. Elle a réfléchi un moment aux différents problèmes auxquels ses élèves qui avaient pour la plupart entre 11 et 12 ans pouvaient faire face. Elle savait que c’est un âge difficile pour de nombreux enfants parce que leurs corps commencent à changer physiquement et qu'ils commencent à avoir des poussées d'hormones. Elle voulait aussi traiter un problème difficile qu’elle rencontrait avec un groupe de filles qui étaient tout le temps méchantes envers une autre fille.

Sur une durée de trois cours, Mademoiselle Adjoh a demandé à trois groupes de présenter des jeux de rôles qui montraient les problèmes qu'elle avait identifiés sur les cartes. La classe poursuivait chaque jeu de rôles par des discussions intéressantes. Il arrivait que la discussion s’échauffe lorsque les élèves avaient des idées différentes sur la manière de résoudre le problème, mais Mademoiselle Adjoh les encourageait à s'écouter réciproquement et à respecter les différences.

Comme travail de maison, elle a demandé aux enfants de la classe de travailler par binôme ou par groupe de trois et de réfléchir à des situations qu’ils aimeraient jouer pour que la classe en discute. C’était une activité à haut risque parce que Mademoiselle Adjoh ne savait pas avec quelles situations ils allaient revenir –elle ne pouvait donc pas s'y préparer. Les jeux de rôles incluaient les brimades entre élèves, avoir faim, ne pas avoir d’amis à l’école. Mademoiselle Adjoh a été contente de leurs présentations et soulagée qu'il n'y ait eu ni problèmes ni surprises.

Activité 2: Résoudre des problèmes dans les réseaux de la classe

Les groupes d’amitié ne sont pas les seuls auxquels les enfants appartiennent dans le cadre de l’école. Voici une bonne façon d’identifier les différents groupes lorsque vous avez une classe nombreuse. Cette méthode demande que tous les élèves se déplacent dans la classe en même temps, vous devrez donc établir des règles pour garder les mouvements sous contrôle. Vous pouvez vous aider d’un sifflet.

Commencez par demander aux enfants de réfléchir aux différents groupes auxquels les élèves appartiennent dans le cadre de l’école. Chaque enfant écrit le nom d’un groupe auquel il appartient sur un morceau de papier, et il l’accroche sur le devant de ses vêtements. À votre signal, ils se déplacent dans la classe et trouvent une autre personne du même groupe. Donnez-leur trois minutes. Vérifiez qu’il n’y ait personne qui ne soit pas dans un club ou dans un groupe ou qui ne puisse pas trouver de « partenaire ». Aidez l'enfant si besoin est. Puis donnez un autre coup de sifflet et chaque binôme doit trouver un autre binôme – donnez-leur encore trois minutes. Continuez ainsi jusqu’à ce que tous les groupes soient formés.

Demandez aux élèves de compter les groupes et écrivez les résultats au tableau afin de trouver quel est le groupe qui a le plus ou le moins de membres, le plus de filles ou de garçons, etc.

Demandez aux élèves de retourner s’asseoir à leur place. Puis demandez-leur d’écrire ce qu’ils ont trouvé en utilisant les informations que vous avez inscrites au tableau. Vous pouvez discuter pour trouver quels groupes sont les plus populaires, et pourquoi, ou ceux qui ont très peu de membres. Les membres de ce groupe peuvent faire une courte présentation à la classe pour expliquer quelles sont leurs activités. Vous pouvez encourager certains élèves à rejoindre un nouveau groupe.

Avec des élèves plus jeunes, vous pouvez travailler avec un groupe à la fois, et répartir l’activité sur une semaine – alors vous écrivez leurs idées vous-même.

3. Travailler avec la communauté

En invitant des personnes de la communauté à venir à l’école, vous pouvez motiver les élèves à apprendre et rendre les leçons plus passionnantes. De telles activités, si elles sont bien menées, peuvent vous aider à rendre les cours de compétences de la vie courante très pertinents pour vos élèves. C’est une bonne façon de présenter certains des différents réseaux de leur communauté à vos élèves.

Cependant, inviter des experts dans la classe peut prendre du temps à organiser – vous devez identifier les personnes adéquates, vous organiser avec elles et vous assurer qu’elles comprennent ce que vous voulez qu’elles fassent. Vous devez aussi préparer des ressources pour vos élèves afin qu’il existe un véritable apprentissage.

N’oubliez pas d’évaluer ce que les élèves ont appris après l’intervention. Non seulement au sujet du visiteur, mais aussi ce qu’ils ont appris au sujet de l’organisation d’une telle intervention. Vous pouvez y parvenir de différentes façons – vous trouverez quelques idées dans la fiche Activité clé. Voir la ressource clé : Utiliser l’environnement local ou la communauté comme ressource, qui vous aidera à préparer la visite.

Étude de cas 3: Réseaux communautaires

Mademoiselle Akume a parlé des réseaux communautaires avec sa classe de cours moyen deuxième année (CM2). Par binômes, les élèves ont discuté des différents groupes communautaires dont ils faisaient partie ou qu'ils connaissaient. Ils ont fait la liste de tous les différents groupes au tableau :

  • Groupe clanique ou ethnique
  • Groupe religieux
  • Scouts ou guides
  • Clubs sportifs
  • Groupes de danse
  • Chœur
  • Club de secouristes

Après avoir discuté pour savoir combien d’élèves étaient membres de chacun des groupes, la classe a voté pour inviter le chef religieux musulman local à venir discuter avec eux. Ils ont fait cela parce que seul un élève de la classe était musulman, et que les autres voulaient en savoir plus à ce sujet.

Tout d'abord, Mademoiselle Akume est allée à la bibliothèque et a trouvé un livre qui parlait des différentes religions. Elle a appris des choses sur la foi islamique elle-même et a préparé un cours sur les fondements de base de l’Islam. Elle a fait cela pour que la classe ait une connaissance sur laquelle baser ce qu'ils apprendraient de leur visiteur.

Les élèves ont écrit de courtes rédactions sur la foi islamique et Mademoiselle Akume les a posées sur une table réservée à cet effet, sur le côté de la classe, pour que tout le monde puisse les lire. Elle a aussi demandé à ses élèves de préparer des questions qu’ils voulaient poser au visiteur et ils se sont mis d’accord sur les meilleures questions à poser et qui les poserait.

Lorsque le visiteur est venu il a été très intéressé par le travail des élèves et par la connaissance qu’ils avaient déjà sur la foi islamique.

Il a apporté des choses intéressantes à montrer aux enfants et les élèves ont été très intéressés par ses réponses et ont posé encore beaucoup d’autres questions.

Mademoiselle Akume était très contente de la manière dont la visite avait motivé ses élèves et elle a décidé d'essayer la même approche pour d'autres cours ultérieurs.

Activité clé : Utiliser des visiteurs pour motiver les élèves à apprendre

Vous devez trouver de quels groupes communautaires vos élèves font partie. Vous pouvez utiliser la même méthode que Mademoiselle Akume, ou faire une séance de remue-méninges avec toute la classe ou par petits groupes – tout dépend de la taille de votre classe et de l’âge de vos élèves.

Décidez, avec la classe entière, des groupes communautaires sur lesquels vous voudriez en savoir plus.

Préparez-vous – vous pouvez devoir faire de la lecture.

Présentez le sujet à vos élèves.

Discutez des travaux qui doivent être effectués (en utilisant Ressource clé : Utiliser l’environnement local ou la communauté comme ressource).

Aidez vos élèves à préparer des questions à poser au visiteur.

Demandez à des volontaires (par binômes ou par groupes) de faire les différents travaux.

Guidez vos élèves au fur et à mesure qu’ils terminent leurs travaux.

Après la visite, rappelez aux élèves responsables d’écrire une lettre de remerciements.

Faites un cours pour faire le point sur ce que vos élèves ont appris. Cela peut se faire de différentes façons :

  • pour les élèves plus âgés – discussion, écriture d’histoires, jeu de rôles, quiz,
  • pour les élèves plus jeunes – dessin, jeu de rôles.

Ressource 1: Raisons pour lesquelles nous vivons dans des familles – liste de la classe de Mademoiselle Kaga

Information préliminaire ou connaissance du sujet

  • Pour protéger les enfants
  • Pour donner de la nourriture et un abri aux enfants.
  • Pour apprendre aux enfants comment vivre.
  • Pour apprendre aux enfants ce qu'ils doivent savoir, par exemple être honnête, respecter les autres…
  • Parce que les enfants ne peuvent pas se débrouiller tout seuls.
  • Pour que les adultes aient de la compagnie.
  • Parce que les gens sont des êtres sociaux et ne peuvent pas vivre tout seuls.
  • Pour donner des modèles aux enfants.
  • Pour partager l’amitié et l'amour.
  • Pour partager le travail.

Ressource 2: Réseau familial

Recopiez cet arbre généalogique sur le tableau ou sur une affiche. Les enfants peuvent le recopier dans leurs cahiers, ou sur du papier-journal si vous voulez afficher leur travail. Chaque enfant doit d’abord faire une liste de toutes les personnes de sa famille qu’il veut inclure sur son arbre, puis dessiner le nombre de cases correspondant. Cela peut donc représenter plus ou moins de cases que ce qui est indiqué ici.

Ressource 3: Jeux de rôle destinés à l’exploration des réseaux scolaires

Ressource que les enseignants doivent planifier et adapter au niveau ou aux besoins des élèves

Voici quelques idées qui vous aideront à commencer lorsque vous allez réfléchir sur des jeux de rôle. En réfléchissant un peu, vous pourrez bâtir sur ces idées et penser à des jeux de rôle qui conviendront à vos élèves. Pensez aux questions à poser à la classe à la fin des jeux de rôle. Vous devrez vous assurer que vos élèves ont bien compris ce qu’ils doivent faire et dire. Vérifiez aussi que tout le monde a une chance de jouer à son tour. Vous pouvez aussi demander aux élèves s’ils pensent que l’enseignant doit s’impliquer dans l'un ou l'autre de ces problèmes.

Enfants plus jeunes

1. Fatima et Rose sont amies depuis le cours préparatoire première année (CP1). Elles sont maintenant au cours élémentaire première année (CE1). Une nouvelle qui s'appelle Sahadatou arrive dans la classe. Fatima décide qu’elle ne sera plus amie avec Rose parce qu’elle aime aller chez Sahadatou pour jouer avec son chien. Rose est très malheureuse parce que Fatima est méchante avec elle. Elle passe la plupart de ses récréations à pleurer.

  • Que pourrait faire Rose pour résoudre son problème  ?
  • Que devrait faire Fatima si elle se préoccupe vraiment de Rose  ?
  • Que devrait faire Sahadatou pour améliorer la situation  ?

2. Ahmed est un garçon très timide. Il porte de grosses lunettes parce qu’il ne voit pas très bien. Il n’aime pas le sport et de toute façon, il n’y est pas très bon. Aucun des garçons de la classe ne veut être ami avec lui parce qu’il ne joue pas au football. Il est souvent seul et déteste l’école parce qu’il n’a pas d’ami.

  • Quel conseil pouvez-vous donner à Ahmed  ?

Élèves plus âgés

1. Isaac voudrait traîner avec un groupe de garçons qui se donnent le nom de « L’équipe A ». Ils ont l’air de bien s’amuser et il y a toujours des filles autour d’eux. Certains d’entre eux fument des cigarettes et boivent de l’alcool. Ils volent de l’argent à leurs parents pour les acheter. S’ils ne peuvent pas avoir d’argent, ils volent dans la boutique du vieux Aladji Tsotou. Ils disent à Isaac que s’il veut les rejoindre, il doit apporter des cigarettes et de l’argent.

  • Que devrait faire Isaac  ?

2. Ablayo a rencontré un garçon qui est beaucoup plus âgé qu’elle. Elle a 13 ans et il en a 16. Elle l’aime beaucoup et pense qu’elle voudrait se marier avec lui. Il voudrait avoir des rapports sexuels avec elle, mais elle n’est pas sûre de ce qu’elle veut faire. Elle voudrait le garder comme petit ami, mais elle a peur du SIDA ou d’être enceinte. Elle voudrait aussi aller à l’université.

  • Que devrait faire Ablayo  ?

Section numéro 2 : Examiner notre place dans la communauté

Question clé: Comment utiliser le conte, les savoirs locaux et la culture locale pour améliorer l'apprentissage  ?

Mots clés: cultures, communauté, jeu de rôle, découverte, comportement, conte

Résultats de l’apprentissage

À la fin de cette section, vous aurez :

  • appris plus de choses au sujet de la communauté locale par le biais de l'apprentissage par découverte ;
  • utilisé le jeu de rôle pour identifier les comportements acceptables dans différentes situations ;
  • utilisé le conte pour développer la sensibilité qu’ont les enfants envers les différentes cultures.

Introduction

L’apprentissage par découverte, le conte et le jeu de rôle sont des façons actives d’explorer les différentes communautés dans lesquelles vivent les enfants. Ils permettent aux élèves de trouver les choses par eux-mêmes, ce qui est mieux que de leur dire simplement comment sont les choses.

L’objectif de l’utilisation du conte et du jeu de rôle est de stimuler la discussion et d’aider les élèves à examiner leurs propres attitudes et leur propre comportement d'une manière qui ne leur semblera pas menaçante. Du fait que ces scénarios sont plus éloignés des véritables situations des élèves, cela leur permet de parler plus librement.

Il est important que les cours de compétences de la vie courante ne sermonnent pas les élèves, mais les aident à trouver par eux-mêmes et à réfléchir sur leur propre vie et leurs ambitions. Vous devez avoir conscience du fait que des enfants différents vont « découvrir » des choses différentes à propos d’eux-mêmes, des autres et de leurs vies.

Vous trouverez des notes au sujet des communautés sur la fiche Ressource 1 : Qu’est-ce qu’une communauté  ?

1. Exploration de la communauté locale

Écrire des contes et discuter permet aux élèves de dire ce qu’ils pensent de différentes situations. Les contes peuvent être très utiles lorsque vous voulez que les élèves réfléchissent à des sujets difficiles. Mais cela prend du temps de bien les préparer : vous devez réfléchir à quelles communautés vos élèves appartiennent et préparer soigneusement votre conte.

Dans l’Étude de cas 1, nous faisons connaissance avec Mme Mawussi qui enseigne une classe de cours moyen deuxième année dans une grande école primaire de Lomé. Elle voulait que ses élèves réfléchissent sur les relations communautaires dans leur propre situation, en ville, puis fassent des recherches sur une communauté rurale. Si vous travaillez en milieu rural, vous pouvez demander à vos élèves d’explorer une situation urbaine ou citadine. L’Activité 1 utilise l’apprentissage par découverte pour aider vos élèves à apprendre plus de choses sur leurs propres communautés.

Étude de cas 1 : Utiliser votre expérience pour discuter de la vie en communauté

Puisque Mme Mawussi vient d’un village situé à plus de 200 kilomètres au nord de Lomé elle connaît bien des choses sur la vie dans un village. De par sa propre expérience, elle a pu préparer des histoires racontant sa vie là-bas, pour les utiliser avec ses élèves. Il était important pour Mme Mawussi d’utiliser sa propre expérience dans son enseignement parce que, de cette façon, elle avait une plus grande confiance dans sa connaissance du sujet.

Mme Mawussi a demandé à deux élèves de sa classe du cours moyen deuxième année (CM2) de lire une histoire qu’elle avait préparée au sujet d’une communauté rurale au Togo, puis à deux autres élèves de lire une autre histoire au sujet d’une petite communauté urbaine qu’elle connaissait. Elle avait choisi ces histoires parce qu’elles avaient de nombreux points communs.

Après chaque histoire, elle a demandé à ses élèves de discuter par groupe de table :

  • des différentes activités que font les gens pour gagner leur vie ;
  • des personnes qui aident les autres dans la communauté ;
  • des problèmes de chaque communauté : est-ce que ce sont les mêmes  ? Quelles sont les différences  ?
  • des chefs de la communauté.

Mme Mawussi a demandé aux groupes de faire une synthèse de leurs idées et elle en a écrit les points principaux au tableau. Avec la classe entière, elle a discuté des réussites et des problèmes des différentes communautés et de la manière dont les problèmes pourraient être résolus.

Comme travail à faire à la maison, elle a demandé aux élèves de réfléchir à leur propre communauté. Au cours suivant, après avoir fait des recherches (voir Ressource clé : Travail de recherche et d’investigation en classe), chaque groupe de quatre a écrit sa propre description de leur communauté. Certains élèves ont lu ce qu’ils avaient rédigé à la classe entière.

Activité 1 : Apprentissage de découverte dans la communauté locale

  • Demandez à votre classe de faire une séance de remue-méninges au sujet des principaux groupes de la communauté locale. Cela peut inclure des ONG, des groupes culturels, des amis, la famille, les chefs de la communauté, etc.
  • Organisez vos élèves en groupes de taille adéquate. (En fonction de l’âge, des capacités ou tout autre facteur).
  • Expliquez-leur qu’ils vont faire des recherches sur un des groupes de la communauté locale.
  • Laissez chaque groupe de la classe choisir un groupe de la communauté. Plus d’un groupe peut faire des recherches sur la même organisation puisqu’ils auront des intérêts et des points de vue différents.
  • Il est possible que vous fassiez des recherches vous-même ou que vous laissiez vos élèves les faire pour apprendre plus de choses à propos de chaque organisation. Vous pourriez ou ils pourraient rassembler des documents qui les aideront dans leurs recherches. Chaque groupe pourrait aussi élaborer un questionnaire et interroger des personnes de l'organisation. Voir la Ressource 2 : Exemples de questions que les élèves pourraient poser pour apprendre plus de choses à propos des groupes communautaires.
  • Donnez-leur suffisamment de temps pour faire les découvertes ou les recherches.
  • La leçon suivante, demandez à chaque groupe de préparer une présentation sur l’organisation qu’il a choisie – par écrit, sur une affiche, une image ou tout autre méthode d’affichage.

Pour les élèves les plus jeunes, vous pouvez faire des recherches sur un seul groupe de la communauté et inviter quelqu’un qui en fait partie à venir parler à la classe. Faites une affiche tous ensemble. Vous pouvez recommencer ceci plusieurs fois au cours de l’année afin que vos élèves fassent connaissance avec différentes organisations.

2. Jeux de rôle pour explorer les relations entre les membres de la communauté

Respecter les autres et bien se tenir avec les générations différentes est une chose importante pour la cohésion des communautés. Dans votre classe, la manière dont vos élèves parlent et interagissent entre eux peut avoir un effet sur leur intérêt pour l’école et sur leur apprentissage. Le jeu de rôle peut être utilisé pour explorer la manière dont on doit se comporter dans des situations diverses. Voir la Ressource clé : Utiliser les jeux de rôle, l’expression orale et l’art dramatique dans la classe, pour y trouver des conseils.

Vous devrez passer du temps à préparer des jeux de rôle adaptés. N’oubliez pas que l’objectif est d’aider vos élèves à explorer leurs propres croyances, connaissances et attitudes, et le jeu de rôle est une façon de faire ceci qui ne leur semblera pas menaçante.

L’Étude de cas 2 montre comment un enseignant a utilisé le jeu de rôle avec des enfants plus jeunes, afin d’explorer les règles de comportement dans leurs familles. L’Activité 2 utilise le jeu de rôle pour faire des recherches sur les relations à l’intérieur de la communauté.

Étude de cas 2: Règles familiales

Mme Djobo enseigne dans une classe de cours élémentaire première année (CE1) à l'école primaire de Kparataou. Elle a demandé à ses élèves de discuter avec leurs grands-parents ou avec d’autres membres plus âgés de la famille et de leur poser des questions à propos des règles de comportement qui sont utilisées dans leurs familles.

Le jour suivant, en classe, les enfants ont fait part des règles des différentes familles et se sont rendu compte que c'étaient souvent les mêmes. Un ou deux enfants avaient des règles que les autres n’avaient pas et la classe a discuté des raisons pour lesquelles certaines familles ont besoin de règles différentes. Ils se sont rendu compte que la plupart des règles étaient destinées aux enfants ! (Ressource 3 : Les règles d’une famille indique des règles dont vous pouvez discuter avec votre classe).

Mme Djobo a choisi des petits groupes d’élèves pour faire un jeu de rôle à propos d’une des règles.

Cela a aidé la classe à discuter des comportements qui étaient présentés et de quand les règles sont utilisées.

Ils se sont rendu compte qu’il y avait parfois des règles différentes pour les garçons et les filles. Ils en ont discuté et se sont rendu compte qu'il y avait des travaux spécifiques qui devaient être faits par les garçons et des travaux différents qui devaient être faits par les filles. Ils ont trouvé qu’en général, les filles n’étaient pas aussi bien traitées que les garçons. Pour terminer, toute la classe était d’accord sur le fait que cela n’était pas juste, et que les règles devraient être les mêmes pour tout le monde.

À la fin, Mme Djobo a expliqué pourquoi les règles sont importantes. Elle a aussi noté dans son cahier qu’il faudrait prévoir un cours sur les questions relatives au genre afin de mieux les explorer, et peut-être de contester les différences de traitement entre les filles et les garçons.

Activité 2: Utiliser le jeu de rôle pour explorer les relations à l’intérieur de la communauté

  • Préparez des jeux de rôle qui se passent dans des situations différentes à l'intérieur de la communauté :
    • Komi rencontre le chef
    • M. Alassani le commerçant
    • Dodji et son grand-père

(Voir la Ressource 4 : Jeu de rôle sur les relations à l'intérieur de la communauté, pour y retrouver ces idées plus en détail. Vous pouvez également y ajouter vos propres activités.)

  • Demandez à vos élèves de jouer chacun des jeux de rôle et discutez-en avec la classe entière ou par petits groupes après chaque séance. Identifiez les bons et les mauvais comportements. Demandez à la classe de dire comment les personnes de l’histoire devraient se comporter.

Demandez aux élèves, par groupes, de réfléchir à leur propre conte pour en faire un jeu de rôle. Guidez-les pour vous assurer qu’ils pensent à des situations qui sont bien en rapport avec le sujet. Faites jouer son jeu de rôle à chaque groupe et reprenez de nouveau les discussions avec la classe entière ou par petits groupes pour réfléchir à des façons de résoudre les situations.

3. Utilisation de contes pour apprendre à comprendre et respecter les différences

Il est très important, au fur et à mesure que vos élèves grandissent que vous les aidiez à apprendre à respecter les différentes opinions et croyances des gens. Le conte est une bonne façon d'introduire des idées sur des interactions culturelles et sur de bons et de mauvais comportements. Les contes peuvent aider les enfants à comprendre les principes qui se cachent derrière les différents types de comportement.

Pour bien utiliser le conte, vous devez inclure des personnages qui se comportent de différentes façons. Une histoire bien choisie peut générer beaucoup de discussions, mais vous devez aussi réfléchir aux questions que vous pouvez poser.

Cela est également vrai avec les jeux de rôle. En inventant des personnages et en les jouant, les élèves peuvent explorer les types de conflits culturels qui peuvent se produire dans la vie réelle, mais sans souffrir d’aucune des conséquences. Les contes et les jeux de rôle peuvent aider vos élèves à développer leur compréhension de la différence d'une manière qui ne leur semblera pas menaçante. Ressource 5 : Communautés polyculturelles vous aidera à développer ces idées avec vos élèves.

Étude de cas 3: Utilisation du conte pour explorer les conflits à l'intérieur de la communauté

M. Ayéna a décidé de parler à sa classe de l’importance du respect entre les différents membres de la communauté, des rôles qu’ils jouent, et des dangers que présentent les conflits. Il a utilisé un conte parlant d'un combat entre les trois groupes culturels de Godokopé pour parler de ces problèmes. Voir la Ressource 6 : Conflit dans la communauté pour y trouver ce récit.

Avant de raconter l’histoire, M. Ayéna a demandé à ses élèves d’écouter attentivement et d’essayer d’identifier la cause originelle du conflit.

Après avoir écouté l’histoire, ils ont partagé leurs idées et en ont fait la liste au tableau.

M. Ayéna ensuite demandé aux élèves, par groupe, de décrire aux autres comment les événements se sont succédés, étape par étape. Après dix minutes, la classe entière a discuté et a fait la compilation des différentes étapes au tableau.

M. Ayéna leur a alors demandé de discuter de la façon dont ils auraient pu arrêter les problèmes en examinant chacune des différentes étapes et en décrivant comment ils auraient pu contrôler chacune d’entre elles.

Enfin, il leur a demandé de faire la liste de tout ce que les différents groupes ont fait pour la communauté et de quelles façons ils ont eu une interaction positive avec les autres. Cela les a aidés à comprendre pourquoi chaque groupe était important et ne pouvait fonctionner sans l’aide des autres groupes.

Les élèves ont trouvé le cours intéressant et M. Ayéna vu qu’ils commençaient à prendre ces questions au sérieux.

La leçon suivante, les élèves ont de nouveau travaillé en groupes pour réfléchir à toutes les zones de conflit dans leur propre communauté et à des solutions possibles. Ils ont utilisé les compétences de résolution des problèmes qu’ils avaient développées en travaillant sur l’histoire.

Activité clé : Jeu de rôle sur les interactions à l’intérieur de la communauté

Organisez votre classe en trois groupes : chacun représentera une des communautés de l’histoire qui est racontée en Ressource 6. Afin qu’ils réfléchissent dès le début à la façon dont ils vont le faire, dites-leur qu’ils vont jouer le conflit puis négocier la paix. Ils devront penser aux soucis de leur communauté et comment les présenter dans leur jeu de rôle. Après 15 minutes de préparation, demandez à un groupe de six (deux personnes pour chaque « communauté ») de jouer le conflit, tel qu’ils le voient, devant la classe. Ensuite, demandez-leur de s’asseoir et de négocier la paix pendant que la classe regarde. Dites-leur d’écouter soigneusement les arguments de l’autre et de prendre ces points en compte dans les accords auxquels ils parviendront. Avec toute la classe, identifiez et discutez :

  • des différents soucis de chaque communauté ;
  • des différentes solutions qui ont été trouvées.

Demandez-leur d’identifier les idées qu’ils pourraient utiliser dans la vie quotidienne. Lesquelles ont été les meilleures à votre avis  ? Enfin, demandez-leur d’écrire l’histoire avec leurs propres mots et d'expliquer comment la situation a été résolue.

Ressource 1: Qu’est-ce qu’une communauté  ?

Information préliminaire ou connaissance du sujet

Une communauté est un groupe de personnes qui ont une interaction entre eux et partagent un certain nombre de choses. Les membres de la communauté peuvent vivre dans la même région et peuvent avoir des valeurs et des croyances en commun. Ils peuvent partager des possessions communes.

Si vous essayez d’expliquer l’idée de communauté à vos élèves, vous pouvez commencer par utiliser des exemples qui leur sont familiers. Un bon point de départ serait de leur demander de décrire leurs familles, y compris la famille plus étendue comprenant les tantes, les oncles et les cousins. Aidez-les à se rendre compte que leurs foyers familiaux et leurs familles sont constitués d'individus, une collection de personnes, vivant dans un endroit particulier – une petite communauté.

À partir de cela, vous pouvez leur demander d'ajouter d'autres groupes avec lesquels ils ont une interaction et qui font partie d'une communauté plus large :

  • leurs voisins qui vivent dans la même rue ;
  • leurs amis qu’ils voient chaque jour ;
  • les amis de leurs parents qui leur rendent visite.

C’est cet ensemble de différents groupes de personnes qui fait une communauté et c’est la manière dont les élèves interagissent avec ces groupes qui construit leur personnalité et la manière dont ils se voient à l’intérieur de la communauté. Identifier les différentes choses qui contribuent à définir une communauté les aidera à comprendre le rôle qu’ils jouent dans les différents groupes. Vous pouvez leur demander de décrire :

  • le lieu: là où habitent les gens,
  • la langue: la façon dont parlent les gens,
  • la culture: les vêtements que portent les gens, la nourriture qu’ils mangent, leur religion,
  • l’histoire: les événements importants qui sont arrivés à un groupe de gens.

Ressource 2: Exemples de questions que les élèves pourraient poser pour apprendre plus de choses à propos des groupes communautaires

Ressources que les enseignants doivent planifier et adapter au niveau ou aux besoins des élèves

A

  • Quel est le nom de ton groupe  ?
  • Quel est l’objectif de ton organisation  ?
  • Quels sont les membres de la communauté que tu aides  ?
  • Comment est-ce que tu les aides  ?
  • Qui sont les membres de l’organisation  ?
  • Qui peut être membre de ton groupe  ?
  • Comment devient-on membre du groupe  ?
  • Est-ce que vous vous voyez régulièrement  ? Si oui, quand et où  ?

B

  1. À quel groupe appartenez-vous  ?
  2. Avez-vous un Chef  ?
  3. Comment s’appelle-t-il  ?
  4. Quelles sont ses occupations  ?
  5. Le Chef dirige-t-il seul sa communauté  ? Si non, comment se fait-il aider  ?
  6. Quels sont les autres groupes communautaires dans votre milieu  ?
  7. Chaque groupe dans le milieu a-t-il un Chef  ? Si oui, quels sont les rapports entre les différents Chefs  ?
  8. Quels sont les apports de chaque groupe au développement du milieu  ?
  9. Y a-t-il des travaux que les différents groupes font ensemble  ?
  10. Fêtent-ils ensemble les évènements heureux (mariage, naissance, fêtes traditionnelles et religieuses ?
  11. Vivent-ils ensemble les évènements malheureux (décès, inondations, sècheresse, guerre)  ?
  12. Y a-t-il parfois des problèmes entre les groupes  ? Lesquels  ? Comment sont-ils réglés  ?

Ressource 3: Les règles d’une famille

Ressources que les enseignants doivent planifier et adapter au niveau ou aux besoins des élèves

Les règles d’une famille

Les enfants font ce qu’on leur dit.

Les filles aident leurs mères dans les travaux domestiques.

Les garçons aident leurs pères et leurs oncles dans les travaux champêtres.

Les enfants sont sages et respectueux des personnes âgées.

Les enfants sortent de la pièce quand un visiteur arrive.

Les enfants ne peuvent pas sortir de la maison sans l'autorisation des parents

Les enfants plus âgés surveillent les plus petits.

On ne ment jamais.

Ressource 4: Jeu de rôle sur les relations à l’intérieur de la communauté

Ressources que les enseignants doivent planifier et adapter au niveau ou aux besoins des élèves

Voici quelques idées de jeux de rôle que vous pouvez faire avec vos élèves. Ce sont juste quelques idées pour vous permettre de commencer. Est-ce que vous pensez à des situations plus pertinentes pour votre propre communauté et pour vos élèves  ? Si c’est le cas, écrivez vos propres jeux de rôle ou adaptez ceux qui sont ci-dessous.

Vous pouvez arrêter chaque histoire là où nous l’avons laissée, et demander aux élèves de trouver leur propre fin. De cette façon, les élèves peuvent travailler par groupes et trouver des solutions différentes aux problèmes. Vous pouvez aussi écrire votre propre fin à ces histoires afin de parvenir aux résultats que vous désirez.

Komi rencontre le chef

Komi avait un problème avec son voisin qui laissait toujours ses chèvres entrer dans son jardin et y manger tous les légumes. C’était arrivé de nombreuses fois déjà. Komi avait essayé d’en discuter avec son voisin, mais celui-ci n’écoutait pas. Il avait été très ami avec ce voisin, mais les derniers temps celui-ci était souvent dans un bar et ne s'occupait pas beaucoup de sa maison ou de ses amis.

Komi a décidé d’aller voir le chef pour lui demander des conseils.…

M. Alassani, le commerçant

M. Alassani a un petit magasin où il vend de l'alimentation et des articles de maison. Sa boutique est d'une grande aide pour les femmes du village parce que cela leur évite de marcher de longues distances jusqu'à la ville la plus proche. M. Alassani est le fier propriétaire d'un réfrigérateur et d'un groupe électrogène. Il peut maintenant vendre des choses réfrigérées, comme des boissons fraîches, du lait et même de la viande. Les jeunes aiment venir dans son magasin lui acheter du coca cola. Un jour, M. Alassani s’est rendu compte que pendant qu’il servait des bonbons à un garçon, deux autres garçons ont ouvert son réfrigérateur et volé deux bouteilles de coca cola. Il était très mécontent et a décidé de…

Dodji et son grand-père

Le grand-père de Dodji est très vieux : il a 92 ans ! Il habite avec Dodji, ses trois sœurs, sa mère, sa tante et son bébé. La plupart du temps, Grand-Père reste dans sa chambre ou dans son fauteuil adapté, devant la porte d’entrée, à l'ombre du manguier. Il est souvent grognon et se plaint du bruit que font les enfants. La mère de Dodji lui dit qu’ils doivent s'occuper de Grand-Père parce qu'il est le chef de leur maison. Il a une pension de retraite du gouvernement, ce qui les aide à acheter la nourriture. Dodji a peur de lui et préfère laisser ses sœurs s’occuper de Grand-Père.

Un jour, ses sœurs sont toutes sorties chercher de l’eau et sa mère dit à Dodji qu’il doit porter son dîner à Grand-Père. Dodji est très gêné. Il lui porte son repas, puis…

Ressource 5: Communautés polyculturelles

Information préliminaire ou connaissance du sujet

Lorsque vous aidez vos élèves à définir leurs communautés, que ce soit leur famille, leur village ou leur école, il est très important qu’ils apprennent aussi à respecter les opinions et les croyances différentes que peuvent avoir les gens.

Rappelez aux élèves que ce sont tous des individus venant de maisons et de familles différentes. Par exemple, il est possible qu’ils ne parlent pas tous la même langue à la maison, ou qu’ils n’aient pas tous la même langue maternelle. Leurs parents peuvent avoir des professions différentes : certains peuvent être ouvriers agricoles, d’autres fermiers, quelques-uns peuvent être commerçants, infirmiers, etc.

Mais soulignez également le fait qu’ils sont tous membres de la même communauté, avec un intérêt commun. De ce fait, ils doivent respecter les opinions des autres membres de cette communauté.

La première étape du respect des autres est d’écouter leurs opinions, et d'admettre leur valeur. Lorsque les élèves savent mieux quels sont les milieux socioculturels et les croyances des différentes personnes, ils pourront apprendre à mieux se respecter mutuellement. Ils n’auront pas peur des différences culturelles. Ils comprendront aussi mieux qui ils sont eux-mêmes.

Les différences culturelles peuvent quelquefois être causes de conflit à l’intérieur d’une communauté. Il est important que les élèves comprennent les raisons de ce conflit, comme les disputes relatives à la terre et aux biens, au comportement, à l'argent et aux relations. Une partie importante de l’éducation aux compétences de la vie courante est d'essayer d'éviter les conflits à l'école et dans la communauté.

Ressource 6: Conflit dans la communauté

Ressources que les enseignants doivent planifier et adapter au niveau ou aux besoins des élèves

Un jour, il y a eu une grande bagarre entre les trois groupes culturels à Godokopé, une communauté de villages près de la route principale. Des membres des différents groupes culturels ont été tués, et cela a gravement affecté la communauté.

Les trois groupes étaient les Foulaba qui étaient éleveurs de bétail, les Kobou qui étaient commerçants et les Tolima qui s’occupaient des taxis et du transport. La bagarre a commencé entre les commerçants d'une part, et les chauffeurs de taxi et de transport d'autre part, et s'est répandue à partir de là.

Les commerçants ont dit que les Tolima leur prenaient trop cher pour transporter les marchandises et les chauffeurs ont répondu que les Kobou leur prenaient trop cher pour le carburant..

Tout d’abord, il y a eu une grève des chauffeurs, puis les commerçants ont arrêté de leur vendre du carburant et des denrées. Un jour, au marché, il y a eu une bagarre entre un chauffeur de taxi et un commerçant. Puis tous les chauffeurs de taxi sont venus au marché pour casser les étalages et une grande bagarre a commencé.

Après cela, les chauffeurs et les commerçants ont commencé à attaquer les locaux les uns des autres. C'était une bagarre sérieuse. Il y a eu des gens tués et des biens détruits. Les familles des deux groupes se sont enfuies vers leurs terres d’origine pour se mettre en sécurité.

Au départ, les éleveurs Foulaba n’étaient pas aussi gravement affectés parce qu'ils étaient sur leurs terres et qu'ils étaient en majorité. Mais le combat a continué un jour de plus et ils ont fini par s’en mêler.

La triste nouvelle des troubles dans la région des Foulaba est bientôt arrivée jusqu'aux terres d'origine des chauffeurs et des commerçants. Les gens de cette région sont allés attaquer les Foulaba dans leurs propres communautés, tuant leur bétail. Dans certains endroits, les éleveurs ont aussi été tués.

Pendant des jours et des jours, il n’y a pas eu de paix. Il n’y avait pas de viande disponible sur les terres d'origine des chauffeurs et des commerçants parce que les Foulaba étaient partis. À Godokopé, il n'y avait aucun taxi dans les rues. Le marché était vide parce que les étalages avaient été détruits et qu’on ne pouvait pas livrer de viande et de nourriture.

Les chefs des différentes communautés de Godokopé ont appelé à des rencontres et se sont adressés à tous les groupes culturels. Ils ont expliqué aux gens combien ils avaient besoin les uns des autres pour que la communauté fonctionne bien. Ils ont expliqué qu'ils devaient apprendre à écouter les opinions les uns des autres et à se tolérer les uns les autres parce qu'il y a beaucoup à y gagner.

Ils se sont alors assis avec les représentants des différentes communautés et ont découvert la raison première de tous ces troubles. Ils ont discuté des problèmes liés au conflit, trouvé une solution et fait la paix entre les gens.

Section numéro 3 : Comment prendre ses responsabilités

Question clé: Comment pouvez-vous relier les connaissances de la maison avec celles de l’école pour aider la réussite en classe  ?

Mots clés: travail de groupe, discussion, prise de responsabilité, réussite, liens avec la maison

Résultats de l’apprentissage

À la fin de cette section, vous aurez :

  • utilisé des activités de lien entre la maison et l’école ;
  • utilisé le travail de groupe et la discussion pour identifier la façon dont les croyances et les valeurs sont liées au comportement en classe ;
  • aidé les élèves à créer leurs propres règlements pour le comportement en classe.

Introduction

C’est un travail important que d'aider vos élèves à vouloir prendre en main leur propre apprentissage.

Cela veut en partie dire que vous devez impliquer vos élèves dans la gestion de la classe et de ses ressources. Dans cette section, vous allez travailler avec vos élèves pour que la classe devienne un lieu plus efficace, en leur expliquant puis en leur donnant des responsabilités particulières.

Vous allez aussi encourager les élèves à concevoir leur propre règlement de classe, en montrant comment leurs croyances peuvent s’appliquer à leur comportement en classe. Le fait d’avoir ce règlement sera aussi bénéfique pour eux que pour vous. Montrer du respect et de la confiance à ses élèves aura une influence positive sur leurs attitudes en tant que personnes et en tant qu’apprenants.

Vous pouvez trouver de l'aide dans la lecture de la Ressource 1 : Les avantages des principes dans une classe avant de commencer cette section.

1. Exploration des règles dans une société - travail de groupe

Chaque communauté a des croyances et des valeurs différentes guidées par les coutumes de la société locale. Ces croyances et ces valeurs aident à déterminer quels sont les comportements qui sont acceptables dans cette communauté.

Les élèves vont d’abord apprendre à la maison quelles sont ces normes, et cela peut vous être utile. Vous pouvez utiliser les attentes des familles pour tenter d'identifier la façon dont on s'attend à ce que les élèves et le personnel se comportent à l'école :

  • dans la classe,
  • dans la cour de récréation,
  • envers le professeur,
  • les uns envers les autres.

En développant les principes d’un bon comportement avec vos élèves, vous favoriserez leur concentration pendant les cours. Ils sont plus susceptibles d'écouter ce qui est dit et de se traiter réciproquement avec respect.

De plus, en prenant des idées chez vos élèves, ils sentiront qu’ils ont donné leur accord au comportement qu’on attend d’eux. Il est donc probable qu’ils respecteront plus ces attentes que si vous leur aviez simplement dit qu’ils devaient se comporter d’une certaine façon.

Réussir à faire cela demande une bonne préparation et peut prendre du temps à mettre en place. À chaque étape, vous devez écouter avec attention les idées de vos élèves.

Étude de cas 1 : Règlement de classe

Mme Folly enseigne au cours élémentaire deuxième année (CE2) au Togo. Elle a 82 élèves. Lors de la semaine d’orientation, au début de l’année scolaire, elle a demandé aux élèves quel était le comportement qu’on attendait d’eux à la maison. Comme elle a une classe à grand effectif, elle a regroupé ses élèves par groupe de huit, pour comparer les attentes de leurs familles. Elle leur a demandé de faire la liste de quatre règles qui sont communes à tous.

La classe a fourni de nombreux exemples de comportement attendu par les familles. Dans de nombreux cas, c’était la même chose pour différents enfants. Mme Folly a écrit certains de ces exemples au tableau.

Elle a alors demandé si les règles de comportement devraient être les mêmes dans la classe qu'à la maison.

Par groupes, ils ont choisi les règles de la maison qui devraient être utilisées en classe, en notant pourquoi ils voulaient les utiliser.

Puis ils ont partagé leurs idées avec la classe entière. Mme Folly était contente, et a utilisé ces idées pour établir des principes de comportement à l’école, qui concernaient :

  • la façon dont nous nous traitons les uns les autres,
  • la façon dont nous nous comportons durant les cours,
  • la façon dont nous nous comportons durant les temps de jeu,
  • la façon dont nous traitons nos affaires.

Ils ont voté six règles qu’ils voulaient adopter.

Activité 1 : Comprendre les règles

Cette activité peut aider à expliquer pourquoi nous avons des règles particulières et comment elles bénéficient à tout le monde.

  • Répartissez vos élèves par groupes. Demandez-leur d’identifier cinq règles pour la maison et cinq règles pour l’école.
  • Prenez un exemple de règle pour la maison et un exemple de règle pour l’école dans chaque groupe. Écrivez-les au tableau.
  • Demandez aux enfants dans chaque groupe de discuter :
    • de pourquoi ils pensent que chacune de ces règles existe ;
    • de comment chacune de ces règles les aide.
  • Discutez de leurs idées avec la classe entière. Prévoyez de poser des questions qui les feront davantage réfléchir à leurs réponses.
  • Faites ressortir les différents principes qui sous-tendent ces règles, en posant des questions à la classe : par exemple, la sécurité, le respect, l’aide envers les autres, l’aide envers nous-mêmes. Demandez-leur de relier chaque règle à un principe.
  • Demandez aux élèves d’écrire un paragraphe au sujet de la raison pour laquelle nous avons des règles. Affichez-les.

Est-ce que leurs suggestions étaient valables  ?

2. Le partage des responsabilités dans la classe

Il est important que vos élèves comprennent que, comme leur professeur, ils ont des responsabilités à l'intérieur de la classe.

  • Tout d’abord, vous devez être un bon modèle auquel ils peuvent se référer. Montrez du respect pour vos tâches : soyez à l'heure, préparez et accompagnez les cours, notez le travail fait à la maison, etc. Si vous ne respectez pas vos responsabilités, vous ne pouvez pas attendre de vos élèves qu’ils respectent les leurs.
  • Deuxièmement, impliquez-les dans le maintien des principes dans la classe. Cela veut dire qu’ils doivent :

    • nettoyer le tableau ;
    • garder la classe propre et rangée ;
    • faire attention aux livres et aux meubles, et ainsi de suite.

      S’ils font eux-mêmes attention à la classe, ils commenceront à en tirer de la fierté.

  • Troisièmement, impliquez-les dans l’organisation de leur propre apprentissage par des activités que vous leur donnez à faire. Cela veut dire qu’ils doivent :

    • différencier le temps de travail et le temps de jeu ;
    • organiser du travail de groupe et des séances d’étude ;
    • vérifier le travail les uns des autres, et ainsi de suite.

La façon habituelle d’y parvenir est de nommer des élèves comme responsables de classe ou de groupe chargés de surveiller de différentes tâches. Mais ils doivent aussi comprendre ce qu’exige chaque tâche.

Pour plus d’informations, voyez la Ressource 2 : Utiliser des responsables.

Étude de cas 2: Compétences et responsabilités dans la classe

M. Sanda est un professeur expérimenté, avec une grande classe à niveaux multiples. Il a un groupe de responsables, choisis parmi les niveaux supérieurs, qui font de petits travaux dans la classe et aident les élèves les plus jeunes. Les responsables s’assurent que leurs groupes sont prêts au début de chaque cours; ils surveillent les cahiers et nettoient le tableau tous les jours. Ils sont vraiment très utiles.

Le vendredi est le jour du ménage. M. Sanda demande à ses responsables de travailler avec leurs groupes des classes inférieures pour faire la liste de ce qui doit être fait. Chaque groupe fait une suggestion qui est écrite au tableau.

Chaque groupe se porte volontaire pour se charger d'une activité et, sous la supervision du responsable, y travaille le vendredi à l'heure de la récréation, jusqu'à la fin du trimestre.

À la fin de la semaine, chaque groupe explique à la classe ce qu’il a fait et où il a mis les choses. Ils font aussi des suggestions à la classe pour la semaine suivante, afin de faciliter les choses ou d’aider à résoudre des problèmes.

À la fin du trimestre, les progrès de chaque groupe sont évalués et la classe vote pour la plus grande réussite.

Activité 2: Nommer des responsables

Préparez la manière dont vous allez présenter l’idée d’avoir des responsables qui vont aider dans la classe.

  • Introduisez l’idée de responsables auprès de la classe. Expliquez comment un système avec des responsables va fonctionner et de quelle manière il sera profitable à tous.
  • Avec votre classe, discutez et faites une liste de toutes les tâches qui doivent être faites en classe au début, au milieu et à la fin de chaque journée.
  • Identifiez les tâches qui doivent être faites par vous et celles qui peuvent être faites par les élèves.
  • Avec toute la classe, décidez du nombre de responsables qui sont nécessaires, puis réfléchissez à une façon de les choisir. Vous pouvez alterner les responsables chaque semaine, de façon que chacun le soit à son tour et développe un sens de responsabilité envers les autres.
  • Nommez le premier groupe de responsables et expliquez-leur quelles seront leurs tâches. À la fin de la première semaine, faites le point sur leur travail avec eux et avec la classe.
  • Demandez-leur de suggérer de nouvelles tâches qu’ils pourraient faire.

Quel est l’impact du fait d’avoir des responsables sur le comportement et le travail de votre classe  ? Est-ce que les élèves aiment ce système  ? Est-ce qu’il y a besoin de revoir des choses – et peut-être de les modifier – avec la classe  ?

3. Décider du règlement de la classe en groupes

Dans cette section, vous utiliserez les idées des élèves au sujet des bons principes de comportement qui les aideront à concevoir leur propre règlement de classe.

Aider les élèves à élaborer un ensemble de règles pour la classe est une façon de renforcer la participation et la responsabilité, en particulier s’ils ont écrit les règles eux-mêmes. Établir eux-mêmes leurs propres règlements les aidera à comprendre ce qui est attendu.

Il y a deux groupes de règles auxquelles il faut réfléchir.

  • Le premier groupe est celui des règles sociales. Elles couvrent les interactions entre les personnes, et le comportement des uns par rapport aux autres.
  • Le deuxième groupe est celui des règles d’étude. Elles couvrent la manière dont les élèves se comportent pendant les cours et ce qu’ils peuvent faire pour que tout le monde étudie et apprenne. En organisant le travail des élèves en groupe, vous leur permettrez de partager des idées et de mieux se respecter les uns les autres.

Il est important que les règles s’appliquent au professeur aussi bien qu’aux élèves. Vous devez donner un bon exemple à vos élèves. Si vous les respectez dans la classe, ils apprendront à vous respecter.

Étude de cas 3: Développer des règles de comportement

Mademoiselle Ekon a demandé à sa classe de cours élémentaire première année (CE1) de réfléchir aux principes de comportement qu’ils avaient précédemment identifiés, et à la façon dont ceux-ci pourraient les aider à concevoir leur propre règlement de classe.

Elle a demandé aux élèves de réfléchir à leurs différentes responsabilités. Que pourraient-ils faire pour s’aider les uns les autres à faire face à ces responsabilités  ?

Ils ont d’abord discuté ensemble, par binômes, puis avec la classe entière. Enfin, par petits groupes, elle leur a demandé d’écrire des phrases commençant par : « Nous devons… »

Elle a alors fait le tour des groupes et a demandé à chacun de lire une phrase puis d’expliquer pourquoi il l’avait écrite. Par exemple : « Nous devons garder le silence en classe, parce que cela nous aide à mieux écouter. »

Si les élèves avaient fait des suggestions négatives, par exemple « Ne parlons pas en classe », ensemble ils ont changé la phrase pour quelque chose de positif : « Nous devons essayer de nous écouter avec attention les uns les autres. »

Mademoiselle Ekon était très contente de leurs réponses et a fait une liste de leurs phrases. Le jour suivant, elle a fait une revue d’ensemble de ces phrases et en a choisi huit. Elle les a écrites au tableau, puis les élèves les ont recopiées dans leurs cahiers pour les garder comme référence.

Activité clé : Concevoir un règlement pour la classe

Discutez avec votre classe de la raison pour laquelle ils ont besoin d’un règlement de classe relatif au comportement et à l’étude. Discutez de la raison pour laquelle c’est eux – et non vous – qui écrivent les règles. Laissez les élèves, par groupes, discuter de leurs suggestions de règles sociales et d'étude. Demandez-leur d’écrire cinq règles pour chacun des deux types en utilisant des phrases affirmatives. Recueillez les suggestions de chaque groupe pour les règles sociales et écrivez-les au tableau. Demandez à chaque groupe d’expliquer à la classe pourquoi elles sont importantes. Organisez un vote : demandez à chaque élève de choisir de six à huit règles au tableau. Il n'est pas nécessaire d'avoir trop de règles si celles que vous choisissez sont bonnes. Lisez chacune des règles et comptez le nombre de mains levées pour chacune d’entre elles. Notez les chiffres et identifiez celles qui sont le plus souvent choisies.

Faites la même chose pour les règles d’étude. Faites faire par la classe une affiche indiquant le règlement par écrit. Affichez-la à la porte de la classe pour que tout le monde s’en souvienne en entrant. Surveillez la façon dont ils travaillent pendant un trimestre, puis révisez les règles, si nécessaire. Comment est-ce que vous les modifieriez  ? Comment est-ce qu’ils les modifieraient  ?

Ressource 1: Les avantages des principes dans une classe

Information préliminaire ou connaissance du sujet

Il y a de nombreux avantages à avoir des principes bien établis dans votre classe.

Un ensemble de lignes de conduite claires indiquant ce qui est bien et ce qui est inacceptable vous aidera à mieux mener votre classe. Ayant écrit un règlement, il vous sera possible de vous y reporter si besoin est. Cependant, pour que des règles soient efficaces de façon positive, les élèves doivent aussi comprendre pourquoi une règle particulière existe.

Ces lignes de conduite aideront les élèves à comprendre ce qu’on attend d’eux. Ils savent ce qu’est un comportement approprié pendant les cours et pendant la récréation. Ils ont aussi des idées sur la façon dont ils doivent interagir avec les autres, et pourquoi. Un règlement relatif au comportement vous permet de contrôler plus facilement les élèves lorsqu'ils font des activités en classe. Ils sauront quand ils doivent écouter, quand ils doivent parler, comment répondre aux questions, et ainsi de suite.

Avoir des règles de comportement signifie que les élèves prendront l’habitude de bien se traiter entre eux. Cela aide à avoir une classe paisible et coopérative. En autorisant les élèves à écrire leurs propres règles et à prendre leurs responsabilités dans les activités de la classe, vous les encouragerez à être fiers de leur scolarité. Il est également plus probable qu’ils obéiront à ces règles s’ils les ont écrites eux-mêmes.

Tout cela contribuera à créer un environnement d'apprentissage positif dans votre classe. Vous pourrez passer plus de temps à enseigner et moins à faire la discipline et à contrôler la classe. Les élèves écouteront mieux en classe et se concentreront sur leurs activités. Ils apprendront également à s’entraider dans leurs études, ce qui leur permettra d’obtenir de meilleurs résultats. Ils se sentiront mieux en tant que personnes au fur et à mesure qu'ils feront des progrès, et l’enseignement sera plus agréable pour vous-même.

Ressource 2: Utiliser des responsables

Information préliminaire ou connaissance du sujet

En tant qu'enseignant, vous pouvez utiliser des élèves pour vous aider à gérer votre classe au jour le jour. Il y a de nombreuses tâches simples que vous pouvez leur demander de faire pour vous, et il y a deux avantages à cela.

  1. Cela vous permet de passer plus de temps à préparer vos cours et à enseigner, plutôt qu’à contrôler et ranger la classe.
  2. Cela donne aux élèves de petites responsabilités, ce qui les encourage à être fiers de leur scolarité.

Il y a quelques considérations à prendre en compte lorsque vous choisissez les responsables. Vous voulez prendre des élèves qui feront bien les tâches qui leur seront assignées et qui voudront vous aider et aider les autres.

Vous voulez aussi des élèves qui soient responsables et qui aient une interaction avec les autres. Il arrive que certains élèves voient le fait d'être responsable comme une position leur donnant un pouvoir sur les autres qu'ils pourraient utiliser à mauvais escient. Il est important de leur faire comprendre qu'ils doivent prendre ce rôle de façon responsable, et vous serez un modèle pour eux. Tous les élèves devraient avoir une chance de pouvoir être responsables. Si vous choisissez les mêmes élèves à chaque fois, les autres se sentiront dévalorisés. Vous devrez donner des conseils et aider les responsables. Certains auront plus besoin de votre aide que d'autres, tout au moins au départ.

Vous allez devoir réfléchir soigneusement à chacune des tâches, avant de la leur donner à faire. S’il n’y a pas un travail quotidien régulier à faire, les élèves vont trouver cela ennuyeux et le négliger. Il doit y avoir un objectif précis à cette tâche, elle ne doit pas simplement servir à passer le temps. Enfin, vous devrez donner des instructions claires.

Il est important de partager les travaux entre tous et de faire participer les élèves à tour de rôle. Si certains élèves ne sont pas impliqués, ils arrêteront de s’intéresser et pourront même commencer à perturber les cours pour profiter de l’attention qui est portée aux responsables.

Si possible, laissez les élèves choisir les tâches qu’ils peuvent faire. Vous pouvez aussi avoir des séances régulières avec toute la classe, lors desquelles les élèves pourront suggérer des tâches différentes.

Enfin, vous devrez aussi les surveiller et les aider. Félicitez quand vous pouvez et donnez des conseils quand il le faut.

Section numéro 4 : Étude sur l’estime de soi

Question clé: Comment pouvez-vous utiliser le conte et d’autres activités pour développer et évaluer l’estime de soi des élèves  ?

Mots clés: estime de soi, relations, travail de groupe, activités communautaires, évaluation, contes

Résultats de l’apprentissage

À la fin de cette section, vous aurez :

  • utilisé différentes activités et méthodes destinées à regrouper les élèves de façon à développer leur estime de soi ;
  • amélioré votre compréhension des facteurs qui peuvent influencer l’estime de soi ;
  • programmé une activité basée sur la communauté ;
  • utilisé des méthodes destinées à évaluer l’apprentissage.

Introduction

Cette section cherche à présenter aux élèves la nature des différentes relations et à les aider à comprendre que ces relations peuvent soit améliorer soit fragiliser l'estime de soi. L’impact de ces relations sur l’éducation des élèves peut être important. En tant qu’enseignant, vous avez la responsabilité de faire de votre mieux pour leur fournir un environnement qui soit un soutien à leur apprentissage.

La « Charte africaine des Droits et du Bien-être de l’Enfant » (page 2) indique que :

Dans toute action concernant un enfant, entreprise par une quelconque personne ou autorité, l'intérêt supérieur de l'enfant sera la considération primordiale...

…les États parties à la présente Charte assurent, dans toute la mesure du possible, la survie, la protection et le développement de l'enfant.

Cette section soulève les questions qui y sont relatives, mais en aucun cas ne couvre la complexité des questions qui entourent les relations abusives et les comportements inopportuns. Elle explore la façon dont cela peut affecter l’apprentissage des élèves, leur estime de soi, et vous offre un petit aperçu de vos rôles et de vos responsabilités, ainsi que de la nécessité de rechercher de l'aide auprès des professionnels concernés lorsque vous vous trouvez en situation de le faire.

Enfin, nous discutons de la manière dont vous pouvez encourager les élèves à travailler ensemble et aider ceux qui se trouvent en difficulté.

1. Utiliser les contes et les récits pour discuter de l’estime de soi avec les élèves

L’estime de soi est une clé importante du succès dans la vie. Si vous vous sentez bien avec la personne que vous êtes, vous aurez plus confiance pour vous joindre aux autres, pour vous faire de nouveaux amis et faire face à de nouvelles situations.

En tant que professeur, vous avez un rôle crucial dans le développement de l’estime que vos élèves ont d'eux-mêmes, par les interactions que vous avez avec eux.

Vous devez être sensible aux émotions de vos élèves et à ce qu’ils ressentent et vous devez faire attention à ce que vous dites et à la manière dont vous leur parlez.

Il est important d’avoir une attitude positive et encourageante, de les féliciter lorsqu'ils travaillent dur ou qu'ils réussissent, et d'utiliser des mots gentils quand c'est possible. Essayez de remarquer quand ils font bien plutôt que de rechercher les mauvais comportements. Cela ne signifie pas que vous ne devez pas les discipliner, mais la manière dont vous le faites est très importante si vous voulez maintenir des relations de travail positives avec eux.

Il est toujours utile de commencer l’étude d’un nouveau sujet en recherchant ce que vos élèves savent déjà. Demandez-leur des idées au sujet de l’estime de soi : la variété des réponses qu’ils vous donneront pourrait vous surprendre.

Étude de cas 1 et Activité 1: Développer l’estime de soi montrent comment vous pouvez utiliser un conte de différentes façons pour explorer une idée telle que l'estime de soi.

Étude de cas 1 : Examiner les questions relatives à l’estime de soi

Jean Yendoutiè, de Nanergou au Togo, a de bons rapports avec ses 36 élèves de cours élémentaire deuxième année (CE2). Un jour, il a remarqué que certains de ses élèves ne participaient plus en classe. Certains étaient devenus timides et effacés et ne lui posaient plus de questions. Il a aussi remarqué que leurs notes en souffraient, il a donc décidé de s’occuper du problème.

Le matin suivant, Jean a raconté l’histoire de trois enfants afin de pouvoir présenter l'idée de l'estime de soi (voir la Ressource 1 : Une histoire à propos de l’estime de soi).

Il a alors divisé la classe en trois groupes, A, B et C, et a demandé à chacun des groupes de faire la liste des qualités d’une personne qui a :

  • une bonne estime de soi [Groupe A]
  • une faible estime de soi [Groupe B]
  • une estime de soi surdéveloppée [Groupe C].

Ensuite, Jean a regroupé les enfants par trois, un de chaque groupe, pour partager leurs idées avant d’en parler avec la classe entière.

Ils ont pu identifier les différentes caractéristiques et pourquoi elles étaient bonnes ou mauvaises pour les personnes en question. À partir de cela, ils ont pu discuter pour trouver comment avoir une estime de soi équilibrée, en utilisant une méthode telle que celle de l'Activité 1 : Développer l’estime de soi.

Activité 1 : Développer l’estime de soi

Adaptez la Ressource 1 pour vous aider dans cette activité.

  • Divisez la classe en groupes. Appelez les groupes A et B.
  • Demandez aux groupes A d’aider le garçon arrogant à parvenir à une estime de soi équilibrée.
  • Demandez aux groupes B d’aider le garçon qui a une faible estime de soi à prendre confiance.
  • Surveillez les discussions de groupe pour vérifier que tous les enfants participent.
  • Après 15 minutes, mettez ensemble un élève A avec un élève B. Demandez à ces binômes de comparer les idées et de se faire réciproquement des suggestions.
  • Après dix minutes, faites discuter la classe entière des idées qui pourraient aider d’une part l’enfant arrogant, d’autre part l’enfant timide.
  • Enfin, avec la classe entière, faites la liste des principales caractéristiques d’une saine estime de soi et de la manière dont cela peut aider les élèves à bénéficier de leurs contacts réciproques.

Est-ce que cette activité a eu un impact sur le comportement de vos élèves les uns avec les autres  ?

2. Utiliser le jeu de rôle pour explorer la notion d’abus

Malheureusement, au fur et à mesure que vos élèves grandissent, il se peut qu’ils se trouvent confrontés à une relation abusive. Ce type de relation peut influencer très négativement leur développement social, émotionnel et physique, et cela prend beaucoup de temps et d’efforts pour les aider à surmonter les dommages qui ont été faits.

Les abus se produisent lorsque des personnes agissent avec d’autres personnes d’une manière qui est mauvaise et impropre. Les relations de ce type laissent un impact durable sur la personne qui les subit, aussi bien psychologiquement, émotionnellement, que sur le plan physique. Il y a plusieurs types d’abus, par exemple les abus physiques et les abus mentaux. Vous en trouverez des exemples dans la Ressource 2 : Types d’abus, que vous devriez lire.

En tant qu’enseignant, il en va de votre responsabilité d'aider vos élèves à apprendre. S’ils ne sont pas heureux ou qu’ils subissent des abus, ils n’apprendront pas. Votre rôle est de protéger vos élèves et il se peut que vous ayez à impliquer d’autres personnes qui sont des experts et peuvent donner des conseils. La Ressource 3 : Le rôle des enseignants vous donne plus de détails sur votre rôle.

La meilleure façon de les aider est d’explorer avec vos élèves ce qu’ils comprennent à propos d’un comportement correct ou incorrect dans les relations avec les autres. Cependant, vous devez faire cela avec tact et en faisant attention. La Ressource 4 : Rechercher ce que les élèves savent déjà au sujet des relations avec les autres explique la façon qu’a utilisée un enseignant. Vous pouvez utiliser la même méthode avec vos élèves.

Étude de cas 2: Le travail des enfants

Sara Tossou, une enseignante du cours moyen première année (CM1) à l’école de la communauté de Gamé, a demandé à un travailleur social du gouvernement de venir parler à sa classe des abus envers les enfants.

Le travailleur social a commencé par expliquer aux élèves que l’utilisation de jeunes enfants pour le travail agricole et le commerce avait été une pratique courante dans la plupart des régions d’Afrique. C’était une façon d’apprendre des compétences à ces enfants, de leur faire prendre des responsabilités et de leur apprendre à être indépendants.

Puis il a expliqué qu’avec la « Charte africaine des Droits et du Bien-être de l’Enfant » (voir l’Introduction) le gouvernement désapprouvait l’utilisation d’enfants comme colporteurs ou ouvriers agricoles, situations dans lesquelles ils étaient exploités et forcés à travailler de longues journées. C’était dangereux pour leur santé et pouvait quelquefois les faire mourir. Cela empêchait les enfants d’aller à l’école et d’avoir une éducation et les menait quelquefois à la délinquance.

Le travailleur social a dit que parfois les parents disent qu’ils ont besoin de leurs enfants pour rapporter de la nourriture et de l’argent pour la famille. Mais il a aussi ajouté que le gouvernement considère que cela est illégal parce que tous les enfants ont le droit d’aller librement à l’école et qu’il est nécessaire que toutes les communautés s’attaquent au problème.

Le jour suivant l’intervention du travailleur social, la classe de Sara a fait un jeu de rôle sur les abus envers les enfants. Les élèves l’ont d’abord joué pour toute l’école, puis pour le bureau de l’association des parents d’élèves et des professeurs (voir la Ressource 5 : Réactions au jeu de rôles).

Activité 2: Jeu de rôle au sujet des abus envers les enfants

Préparez un jeu de rôle pour votre classe, qui parle du problème des abus envers les enfants. Vous devez y réfléchir avec une grande attention. Cela peut être une question sensible pour les jeunes et vous devrez faire très attention à la manière dont vous allez organiser ces activités.

Tout d’abord, faites la liste des différentes formes d’abus envers les enfants et de leurs conséquences. Choisissez le type d'abus dont vous allez vouloir parler en classe.

Réfléchissez à la manière dont vous allez présenter ces questions à la classe. Pour le jeu de rôle, décidez des différents rôles que vont jouer les élèves. Quelle est la problématique de chaque rôle  ?

Prévoyez combien d’élèves seront dans chaque groupe, comment ils vont se préparer et jouer leurs rôles. Comment allez-vous leur expliquer cela  ?

Enfin, comment allez-vous résumer les points principaux avec eux, après qu’ils aient joué leur jeu de rôles  ? Est-ce que vous allez en discuter  ? Comment est-ce que vous allez procéder  ?

Pour vous aider, utilisez les Ressources de cette section, et la Ressource-clé : Utiliser les jeux de rôle, l'expression orale et l'art dramatique dans la classe.

3. Organiser un projet pour et dans la communauté comme source d’apprentissage

Il est important que les élèves se construisent des façons de réfléchir sur la façon dont fonctionnent les différentes relations afin de pouvoir se faire des amis et se protéger de ce qui pourrait leur arriver de mal.

Une des manières d'y parvenir est d’aider les enfants à travailler avec la communauté, pour traiter une question particulière. Les activités de ce type rapprochent les élèves de la communauté pour trouver quelles sont les solutions courantes à un problème de la communauté. Les élèves apprennent ce que sont les relations en travaillant avec les autres, en :

  • partageant des informations avec les experts locaux ;
  • apprenant comment des groupes travaillent ensemble ;
  • apprenant comment accepter et remplir des responsabilités ;
  • apprenant comment se traiter comme il faut les uns les autres ;
  • rassemblant diverses idées pour parvenir à résoudre un problème.

Préparer et organiser une activité dans le cadre de laquelle les élèves travaillent avec d’autres personnes de la communauté peut être difficile. Vous devez organiser un travail auquel les élèves peuvent contribuer de façon réaliste et vous devez choisir des personnes qui acceptent de travailler avec les enfants. Vous devez aussi prévoir avec eux comment cette interaction va fonctionner ; il est possible que cela dure deux ou trois semaines, voire même plus longtemps. Il est important que toutes les personnes impliquées – adultes et enfants – sachent exactement ce qui est attendu d’eux.

Avant de commencer cette section, nous vous conseillons de lire la Ressource-clé : Utiliser l’environnement local ou la communauté comme ressource.

Étude de cas 3: Une campagne environnementale dans la communauté

Mme Kézié parlait d’un environnement propre à ses élèves de cours moyen deuxième année (CM2). Elle leur a demandé de réfléchir à des choses dans la communauté qui auraient besoin d’être nettoyées.

Une chose qu’ils ont mentionnée était le nombre de sacs en plastique qui traînaient dans la rue. Les sacs provoquaient des problèmes parce qu'ils bloquaient les canalisations d'eau. Quelquefois, des vaches ou des chèvres les mangeaient et tombaient malades.

La classe de Mme Kézié a décidé de lancer une campagne dans la communauté. Ils ont discuté avec le technicien de l'environnement local et il est venu dans la classe pour les aider à préparer leur campagne. Ils ont aussi parlé au comité des vendeurs des marchés et ils ont organisé la campagne ensemble.

Le technicien de l’environnement a organisé une réunion communautaire et a obtenu d’être parrainé par une ONG locale qui travaille sur l’environnement. Les vendeurs des marchés en ont parlé à leurs clients. Après avoir discuté des problèmes avec le technicien de l’environnement, Mme Kézié a demandé à ses élèves :

  • de dessiner une affiche pour la campagne ;
  • d’écrire une pièce de théâtre et une chanson ;
  • d’organiser un débat pour l’événement ;
  • d’organiser une campagne de nettoyage.

L’événement a été un grand succès. Les vendeurs des marchés ont accroché les affiches sur leurs étals et ont expliqué les problèmes à leurs clients.

Un samedi, toute l’école a ramassé les sacs dans la rue et les a retirés des canalisations d’eau. Avec l’aide des vendeurs des marchés et du technicien de l’environnement, le quartier était devenu beaucoup plus propre.

Activité clé : Évaluer l’apprentissage des enfants

Tout d’abord, lisez la Ressource 6 : Lignes directrices pour la préparation d’une activité communautaire, et la Ressource clé : Évaluer l’apprentissage. Si vous prévoyez d’organiser une activité communautaire pour vos élèves, préparez la manière dont vous allez évaluer ce qu’ils ont gagné de cette relation. Faites l’activité avec votre classe.

Ensuite, demandez-leur de discuter entre eux puis d'écrire ce qu'ils ont fait dans le cadre de cette activité, en expliquant :

  • quelles informations ils ont utilisées ;
  • quelles sont les activités qu'ils ont effectuées et quelles sont les compétences qu'ils ont acquises ;
  • quelles ont été les interactions avec les autres personnes qui ont participé, et qui a fait quoi ;
  • comment ils ont organisé leur travail.

Une fois que vous avez fait cela, vous devez avoir des preuves des nouvelles compétences et des nouveaux savoirs que vos élèves ont acquis. Encouragez-les à réfléchir à l’efficacité de l’événement.

Maintenant, demandez-leur ce qu’ils ont appris de nouveau. Demandez-leur d'en discuter en groupes, puis faites une liste par écrit.

Enfin, vous pouvez leur demander de décrire :

  • comment ils pensent pouvoir utiliser leurs nouvelles compétences dans l’avenir :
  • avec qui ils voudraient travailler la prochaine fois.

Est-ce que les élèves ont trouvé cette activité stimulante  ? Comment est-ce que vous le savez  ? Comment pourriez-vous utiliser ce type d’activité une autre fois  ?

Ressource 1: Une histoire à propos de l’estime de soi

Ressources que les enseignants doivent planifier et adapter au niveau ou aux besoins des élèves

Il y avait trois enfants qui vivaient dans le même village – deux garçons et une fille. Un jour, ils ont tous commencé à aller à l’école. Comme ils étaient du même âge, ils étaient dans la même classe – mais ils réagissaient de manières très différentes.

Le premier garçon était intelligent et se débrouillait très bien en classe. Il pouvait répondre à de nombreuses questions et avait toujours de bonnes notes. Mais à cause de cela, il a commencé à avoir une haute opinion de lui-même. Il ne voulait pas écouter ce que pensaient les autres. Il est devenu arrogant, il croyait qu’il savait tout. Il était impoli avec les autres et a commencé à perdre ses amis.

Le deuxième garçon trouvait que l’école était difficile. Il y avait des choses qu’il ne comprenait pas. Mais il avait peur de demander à son instituteur au cas où il serait puni. Il avait de plus en plus de mal à suivre. À cause de cela, il avait une mauvaise opinion de lui-même. Il pensait que ses camarades de classe se moquaient de lui. Il se sentait de trop et pensait que l'instituteur le dédaignait, alors il ne parlait jamais en classe.

La fille a aimé l’école depuis le début. Elle aimait se faire des amis et s’est rendu compte qu’ils pouvaient lui apprendre beaucoup de choses. Elle apprenait bien, mais aimait partager des idées avec les autres. Elle aimait bien écouter les autres. Elle avait un bon sens de l’humour, mais a appris à ne pas faire trop de bruit. Elle pouvait poser des questions quand c’était nécessaire, mais savait ne pas se faire trop remarquer.

Ressource 2: Types d’abus

Information préliminaire ou connaissance du sujet

Il y a de nombreuses et différentes formes d’abus : physique, sexuel, émotionnel et psychologique. Ces abus peuvent avoir lieu entre adultes, entre enfants ou entre adultes et enfants.

Il est important que vos élèves aient conscience de ces formes d'abus parce qu'ils sont très vulnérables en tant qu'enfants. Ils font confiance aux adultes et, en général, leur obéissent ; mais ils doivent savoir que tout ce qu’un adulte peut faire n’est pas forcément correct.

Les abus physiques comprennent le fait de battre ou de frapper quelqu’un. Cela ne doit pas nécessairement être fort ou violent mais si les abus physiques sont réguliers et fréquents, ils peuvent avoir un effet négatif sur une relation.

Les abus sexuels sont l’utilisation impropre d’une autre personne pour un but sexuel, en général sans son consentement ou sous une pression physique ou psychologique. Cela arrive entre adultes, entre adultes et enfants, et aussi entre enfants proches de l’âge adulte. Le traumatisme et les dommages psychologiques peuvent être très graves ; et les élèves peuvent devenir très agressifs ou renfermés, nerveux lorsque des adultes s’approchent, ou avoir un comportement inadapté avec les autres élèves.

Les abus émotionnels et psychologiques recouvrent le traitement cruel de quelqu’un pendant une longue période, ce qui rend cette personne malheureuse et déprimée. Cela peut comprendre les insultes et les grossièretés ou simplement le fait de saper la confiance de quelqu’un ou de rabaisser ses réalisations.

Il y a également d’autres exemples, comme les abus parentaux. Cela peut prendre la forme d’un père qui force son fils à fumer en lui mettant une cigarette dans la bouche et en la lui allumant. Les abus parentaux peuvent aussi par exemple être le fait de battre un enfant régulièrement et violemment, lui infliger des blessures, le réprimer et le contrôler plus que de raison.

Il existe également les abus domestiques : des mauvais traitements infligés aux épouses ou aux domestiques, même s’ils travaillent dur.

De tels abus peuvent provoquer une souffrance physique et émotionnelle et peuvent aboutir à la dépression et à une faible estime de soi.

Ressource 3: Le rôle des enseignants

Information préliminaire ou connaissance du sujet

Les enseignants sont en position d’identifier les enfants qui subissent des abus. Ils ont l’occasion d’apprendre à connaître bien chaque enfant et donc de remarquer des changements dans le comportement ou dans les performances de l’un d’eux, qui changements pourraient être liés à des abus. Les enfants peuvent aussi révéler ce qui leur arrive lors des cours de compétences de la vie courante ou dans d’autres parties du programme.

Si un enseignant suspecte un abus, la procédure à suivre est la suivante :

  • Commencez à recueillir des informations dès que vous suspectez qu’un enfant subit des abus.
  • Continuez à le faire avec constance et gardez des documents de toutes les informations recueillies.
  • Traitez ces informations comme étant confidentielles.
  • Discutez de vos doutes et des informations que vous avez recueillies avec le chef d'établissement (sauf s'il est possible qu'il ou elle soit impliqué(e)).
  • Garantissez la confidentialité en ouvrant un dossier séparé pour cet élève particulier. Ce dossier doit être conservé dans un endroit sûr.
  • Le chef d’établissement et le professeur doivent consulter la liste des critères servant à l'identification des différents types d'abus pour vérifier les informations avant de faire des accusations d'abus envers un enfant. Faites participer des professionnels expérimentés à ce processus.
  • Gardez constamment votre objectivité et ne laissez pas les considérations personnelles – sentiments ou préconceptions – obscurcir votre jugement.
  • Toute information relative à un abus sur un enfant est confidentielle et doit être traitée avec la plus grande discrétion.
  • L’enquête et la dénonciation d’abus sur un enfant doivent être faites de manière à ce que la sécurité de l’élève soit garantie.
  • La justice ne doit pas être compromise, mais en même temps le soutien que nécessitent l’élève et sa famille ne doit pas être négligé.

Les autres choses importantes à ne pas oublier lorsque vous parlez à vos élèves sont :

  • Ne dites pas à un enfant qui vous révèle un abus que vous ne le croyez pas.
  • Dites à l’enfant qu’il est courageux d’avoir révélé cet abus.
  • Dites à l’enfant ce que vous allez faire à propos de ce qu'il vous a dit, et pourquoi.
  • Si possible, dites à l’enfant ce qui va se passer après.
  • Faites en sorte que l'enfant bénéficie d'une aide psychologique si nécessaire.
  • Préparez-vous à témoigner devant les tribunaux s’il y a un procès.

Il y a de nombreuses organisations en Afrique qui se consacrent à la prévention des abus sur les enfants, par exemple l’African Network for the Prevention and Protection against Child Abuse and Neglect (ANPPCAN – Réseau Africain pour la prévention et la protection contre les abus et la négligence envers les enfants). Voir www.anppcan.org/ pour plus d’informations.

Depuis 1997, le Nigerian Child Welfare Fund s’est chargé d’un certain nombre d’activités de protection des enfants au Nigéria. Vous pourrez en apprendre plus sur leur travail à l’adresse http://nigerianchildwelfarefund.virtualactivism.net/ si vous avez accès à Internet.

Au Togo, il existe un tribunal pour les enfants et des organisations qui s'occupent de la défense des droits des enfants. Depuis 1985 WAO-Afrique travaille pour la promotion et la protection des droits des enfants. (Voir www.waoafrique.org/ pour plus d'informations.

Veuillez noter : La Journée mondiale pour la prévention des abus envers les enfants est le 19 novembre de chaque année.

Adapté de « Resources Aimed at the Prevention of Child Abuse and Neglect » (RAPCAN) – www.rapcan.org.za/

Ressource 4: Rechercher ce que les élèves savent déjà au sujet des relations avec les autres

Information préliminaire ou connaissance du sujet

Sariou est une enseignante qui travaille dur, dans une école d’initiative locale (EDIL) bien organisée d’un village de la Région des plateaux au Togo. Dans son approche toujours minutieuse de l’enseignement, elle a simplifié les mots difficiles que ses élèves vont certainement rencontrer dans leur étude des « relations ». Cela est destiné à les motiver et à les aider à comprendre.

Sariou demande à ses élèves de discuter par groupes de:

  • qui ils associent à la vie quotidienne à la maison et pourquoi ;
  • avec qui ils partagent leurs idées et leurs expériences à l’école, et pour quelles raisons ;
  • s’ils ont une interaction avec leurs professeurs, et pourquoi.

Après avoir discuté de ces idées en groupe et avec la classe entière, elle mène la discussion plus loin en demandant à ses élèves ce qui les relie avec l’épicier qui est à côté de la porte de l’école. Elle leur demande de réfléchir aux autres personnes de la communauté qu'ils voient régulièrement, et pourquoi.

Ils discutent de ces idées en groupe, puis les partagent avec la classe entière. À partir de cela, Sariou peut aider les élèves à commencer à identifier les différents types de relations qu’ils ont avec les gens et les types de comportement qui sont appropriés avec chaque type.

Elle a également utilisé l’activité de groupes suivante pour aider ses élèves à explorer les idées qui concernent les relations.

Diviser la classe en groupes de taille raisonnable, mélangeant les garçons et les filles, les types de personnalité et les capacités – afin qu'ils travaillent sur les questions ci-dessous, relatives aux relations.

Chaque groupe doit choisir un responsable qui va organiser le travail et un secrétaire qui va noter les idées.

Leur faire bien comprendre que le travail ne doit durer que 15 minutes et que chaque groupe n’aura que 5 minutes pour faire son rapport.

Faire le tour de la salle pour surveiller les progrès de chaque groupe, et pour s’assurer que tous les membres travaillent activement ensemble.

Après 15 minutes, inviter les groupes à faire leurs comptes rendus, alors que les autres groupes prennent des notes.

Ensemble avec les élèves, résumer les points principaux pour que tout le monde en prenne note. Attirer l’attention des élèves sur les différents types de relations et sur les raisons pour lesquelles elles existent.

Questions sur les relations

  • Quels sont tes sentiments à propos de la maison ou de la famille dans laquelle tu es né(e)  ?
  • Quels sont tes sentiments envers ta sœur ou ton frère à la maison, dans la famille  ?
  • Qu’est-ce que ton frère ou ta sœur fait pour toi qui montre qu'il ou elle est proche de toi  ?
  • Qui est ton ou ta meilleur(e) ami(e) à l’école  ?
  • Qu’est ce qui te fait dire que c’est ton ou ta meilleur(e) ami(e)  ?
  • Qu’est ce qui te relie à ton professeur  ?

Ressource 5: Réactions au jeu de rôle

Information préliminaire ou connaissance du sujet

Lisez ci-dessous l’histoire de la réaction de la communauté au jeu de rôle et réfléchissez à ce qu'ont été les réponses les plus fréquentes. Quelles autres réponses auraient pu être données  ?

Imaginez si cela avait été votre communauté… Quelles réponses pensez-vous que vous auriez obtenues  ? Comment vous y prendriez-vous pour gérer n’importe quelle situation qui pourrait se présenter  ?

Comment la communauté a réagi au jeu de rôles

Après que la classe de Sara a joué son jeu de rôles dans la communauté, il y a eu beaucoup de réactions. L’association des parents d'élèves et des professeurs a décidé d’organiser un débat sur la question et a invité la classe à représenter les opinions des enfants.

La semaine suivante, Sara a emmené sa classe dans la salle du conseil de l’école pour une rencontre avec les chefs de la communauté et les représentants des groupes professionnels de la région. Le chef du village était le président de séance, le travailleur social était le secrétaire de séance.

Chaque groupe a présenté sa position par rapport au problème des abus sur les enfants, l'un après l'autre.

  • Les élèves ont dit qu’ils voulaient que les abus sur les enfants soient considérés comme des actes criminels, parce que cela entrave l’éducation des enfants et leur contribution au développement de la nation.
  • Le chef d’établissement a dit que les abus sur les enfants avaient causé un manque d’inscriptions et que, par conséquent, l’école n’était pas en mesure d’assurer son rôle de pépinière qui devait produire la prochaine génération de chefs.
  • La police a dit que certaines des jeunes filles qui faisaient du colportage finissaient par devenir prostituées. Les garçons finissaient par s'engager dans toutes sortes de délinquances, y compris le vol à la tire et le cambriolage.
  • L’opinion du travailleur de santé était que la plupart de ceux qui travaillaient dans la rue, y compris les enfants, ne mangeaient pas bien, étaient vulnérables aux drogues et pouvaient renifler de la colle. Tout cela aboutit à des défaillances mentales et physiques.
  • Les parents et les petits commerçants ont répondu qu'ils utilisent leurs enfants comme source de revenus pour la famille et que, sans cela, ils ne pourraient pas survivre.
  • Le représentant du gouvernement et le chef de la communauté ont noté que le village voisin ne se retrouvait pas face à un problème de ce genre. Ils se sont demandés pourquoi.

Les écoliers ont proposé que le gouvernement facilite l'acquisition de prêts auprès des banques aux petits commerçants pour qu’ils installent leurs magasins chez eux et aux fermiers pour qu’ils emploient des ouvriers agricoles.

Les autres représentants ont trouvé que la suggestion des élèves avait du sens et l'ont approuvée.

Les écoliers sont retournés en classe pour schématiser la rencontre avec les chefs de la communauté, en gardant à l'esprit les divers groupes qui étaient représentés. Les élèves ont écrit ce qu'ils avaient appris à propos du fait que chaque groupe était relié à un autre et comment les relations pourraient être encore plus développées.

Ressource 6 : Lignes directrices pour la préparation d’une activité communautaire

Information préliminaire ou connaissance du sujet

Identifiez un problème communautaire que vos élèves pourraient traiter. Il faut que ce problème soit en rapport avec ce qu’ils apprennent et que cela aide la communauté.

Identifiez avec quelles personnes de la communauté ils vont travailler. Si possible, ces partenaires doivent avoir une expérience du travail avec les écoliers. Ils doivent être volontaires pour contribuer à cette activité et activement soutenir les élèves par leurs informations et leurs conseils.

Préparez la manière dont les membres de la communauté seront impliqués, le moment, et avec qui.

Préparez la façon dont vous allez vous organiser pour que les élèves fassent ces activités.

Préparez la manière dont vous allez expliquer les activités aux élèves.

Décidez de la manière dont vous allez observer et guider vos élèves lors des différentes étapes.

Maintenant, passez à la réalisation de l’activité, puis réfléchissez à ce qui était réussi. Si vous deviez recommencer, qu'est-ce que vous changeriez  ?

Section numéro 5 : Gestion des conflits

Question clé: Comment pouvez-vous gérer les conflits dans votre classe, et aider les élèves à gérer les désaccords  ?

Mots clés: travail en groupe de deux, travail en binômes, résolution de problèmes, gestion des conflits, communauté

Résultats de l’apprentissage

À la fin de cette section, vous aurez :

  • développé des stratégies de gestion des conflits dans la classe ;
  • utilisé le travail en binômes pour identifier les différentes causes de conflits et les façons de les résoudre ;
  • utilisé la résolution de problèmes pour résoudre les conflits.

Introduction

Il est important pour nous tous de pouvoir gérer efficacement les différences d’opinions et les conflits. Cette section présente l’idée de conflit, du type de ceux qui pourraient être rencontrés dans le cadre de :

  • la famille à la maison ;
  • l’école et la classe ;
  • la communauté au sens plus large.

Nous identifions des causes de conflit, explorons des façons de le gérer et réfléchissons à des façons d'éviter les conflits dès le départ.

Puisque les conflits dans la classe peuvent avoir un effet négatif sur l'apprentissage, vous devez développer des stratégies visant à les réduire dans la classe et à maintenir un environnement qui soit un soutien pour tous vos élèves.

1. Utiliser le travail en binômes et en groupes pour discuter de conflits

Il est possible que vos élèves se trouvent confrontés à des conflits dans leurs familles. Ils peuvent avoir des désaccords avec leurs frères et sœurs, ou des disputes avec leurs parents. Ils peuvent avoir été témoins de disputes entre d’autres membres de leur famille, y compris entre leur mère et leur père, et il est possible que cela ait été plus que des disputes et qu’il se soit agi d’une confrontation physique.

Il est possible qu’ils n’aient pas été directement concernés, mais si les élèves se trouvent face à un conflit à la maison, cela peut affecter leur scolarité de diverses façons. Cela peut éroder leur confiance et l’estime qu’ils ont d’eux-mêmes, les empêcher de se concentrer sur leur travail, les rendre malheureux et les déprimer.

Il est important que vous en ayez conscience et que vous soyez là pour soutenir vos élèves. Il n’est pas toujours approprié que vous interveniez dans une situation de famille mais, en tant qu'enseignant, il y a plusieurs choses que vous pouvez faire pour aider l'élève à supporter la situation tant qu'il est en classe.

Tout d’abord, vous pouvez faire de la classe un environnement à l'abri des conflits, un environnement où les élèves se sentent en confiance et en sécurité. En établissant des règles de comportement pour minimiser les conflits, vous aiderez les élèves à se sentir heureux et rassurés.

Ensuite, vous pouvez apporter un soutien émotionnel à ces élèves qui sont confrontés à des conflits à la maison. Cela vous demandera d’être sensible à ce qu’ils ressentent, et de vous assurer qu’ils sont entourés d’amis.

Troisièmement, vous pouvez aider les élèves à acquérir l'art d'éviter les conflits avec les autres, de négocier et d'arrêter les conflits entre d'autres personnes. Cela peut être un travail difficile, mais c’est quelque chose qui les aidera ultérieurement dans la vie.

Étude de cas 1 : Discuter des conflits de famille

M. Agrignan, instituteur à Sokodé au Togo, a décidé de discuter de la question des conflits familiaux avec ses élèves. Il leur a raconté une histoire similaire à celle de la Ressource 1 : Un conflit de famille.

Il a demandé à ses élèves de réfléchir à cette histoire et d'identifier quelle était la cause de la dispute. Il leur a demandé de discuter, en groupes, de la façon dont la dispute a été résolue.

Après quelques minutes, ils en ont discuté en classe. Les élèves ont dit que les raisons étaient :

  • que l’habitude de prêter de l’argent était un problème ;
  • que le Papa n’avait pas assez d’argent ;
  • que la Maman ne voulait pas l’écouter ;
  • qu’ils ne communiquaient pas bien entre eux.

Ils ont pensé que les solutions avaient été trouvées parce que :

  • les enfants ont servi de médiateurs entre les parents ;
  • la Maman a fini par entendre le Papa et a écouté ses explications ;
  • le Papa a fini par entendre la Maman et a écouté ce qui l’inquiétait ;
  • tous les deux ont écouté et compris le point de vue de l’autre.

Après cela, M. Agrignan a réparti les enfants en groupes de trois pour qu’ils fassent un jeu de rôle sur la négociation en situation de conflit. Il a été content de leurs jeux de rôle quand chaque groupe les a présentés la semaine suivante. Chaque jeu de rôle a été discuté par la classe et ils ont appris beaucoup de choses à propos de la façon de résoudre des conflits.

Activité 1 : Définir un conflit

Pour trouver ce que vos élèves savent déjà à propos de conflit, faites une séance de remue-méninges au tableau ou sur une feuille de papier journal. (Voir la ressource clé : Utiliser les cartes conceptuelles et le remue-méninges pour explorer les idées.)

Demandez-leur de réfléchir à des situations conflictuelles dans lesquelles ils se sont trouvés impliqués et, en binôme, de réfléchir aux questions suivantes :

  • À propos de quoi se querellent les gens  ?
  • Quelles sont les causes des querelles  ?
  • Est-ce que vous vous disputez quelquefois  ?
  • Avec qui vous disputez-vous  ?
  • À propos de quoi vous disputez-vous ? Pourquoi  ?
  • Qu’est-ce que vous ressentez  ? Pourquoi  ?
  • Comment est-ce que vous résolvez vos querelles  ?

Encouragez-les à réfléchir sur leurs propres situations et comportements. Demandez aux binômes de faire la liste de différentes choses qu’ils pourraient faire pour éviter les conflits avec les amis ou la famille.

Demandez aux binômes de donner à tour de rôle une de leurs idées et écrivez-la au tableau. Faites le tour de tous les binômes jusqu’à ce que toutes les réponses aient été notées.

Demandez-leur : Quelles sont les meilleures idées  ? Comment pourraient-ils les utiliser pour éviter ou résoudre des conflits  ?

2. Stratégies pour résoudre des conflits

Lorsque vous avez des groupes d’enfants nombreux, vous aurez forcément des conflits entre eux de temps en temps. Cependant, vous pouvez diminuer la probabilité de conflit en faisant tout ce que vous pouvez pour offrir un environnement qui soutient tous les élèves. Si un conflit se produit, il vaut mieux s’en occuper dès que possible. C’est votre responsabilité en tant qu'enseignant.

Un conflit non résolu pourrait :

  • provoquer une mauvaise ambiance ;
  • déranger le travail de tous ceux qui sont dans la salle ;
  • faire de la classe un endroit désagréable.

La plupart du temps, les conflits seront entre vos élèves, mais vous devez aussi prendre conscience du fait qu'il est possible qu'il y ait un conflit entre vous et un élève. De ce fait, vous devrez vous assurer que les règles de bon comportement s’appliquent également à vous. Lorsque vous disciplinez un élève, vous devez le faire en montrant du respect pour l'élève parce que c'est le comportement qui n'est pas apprécié, et non l'élève en tant qu'individu.

Pour réduire la probabilité de conflit, vous devez établir des règles claires de comportement dans la classe. Il est important que ces règles couvrent les interactions sociales ainsi que l’apprentissage. Si les élèves savent comment faire pour bien se traiter entre eux, il y a moins de chances qu'ils se disputent.

Vous devez aussi être capable de faire la différence entre des élèves qui débattent sur un point et des élèves qui sont vraiment en train de se quereller ou de se disputer.

La façon la plus rapide de gérer un conflit est de séparer ceux qui y prennent part, de les mettre à différents endroits dans la pièce. Mais vous devez aussi aller au fond des choses lorsqu’il y a un conflit. Demandez aux élèves de vous en expliquer les raisons. Négociez une solution entre eux.

Étude de cas 2: Résoudre un conflit

Mme Akpani a une classe de cours moyen première année. Un jour, elle a réparti ses élèves en groupes de cinq pour faire un travail de lecture et d’écriture.

Elle a remarqué que deux élèves d’un groupe se poussaient réciproquement. Ils ont fini par arrêter, mais ils ont aussi arrêté de travailler ensemble. Cela signifiait que les autres élèves du groupe ne pouvaient pas non plus travailler correctement, puisque c'était un travail à faire en groupe. Les enfants des autres groupes étaient également distraits par ce qui se passait.

Mme Akpani a rapidement fini l’exercice et a vérifié les réponses de tout le monde. Puis elle a demandé à tout le monde de se lever, de se déplacer dans la classe et de former de nouveaux groupes. De cette façon, elle a séparé les protagonistes sans faire d’histoires.

À l'heure de la sortie, elle a demandé aux deux élèves de lui parler de leur dispute. Elle a découvert qu’il y avait un problème au sujet de qui devait lire. Elle leur a rappelé le règlement de la classe au sujet du partage et a expliqué pourquoi c’était important pour tout le monde.

Elle leur a aussi dit qu’ils avaient dérangé les autres élèves et qu’ils devraient faire attention. Elle leur a demandé de redevenir amis et de se souvenir qu’ils devaient partager.

Activité 2: Présentation du conflit à la classe

Aidez vos élèves à en savoir plus à propos des conflits à l’école.

  • Demandez-leur, par groupes, de faire la liste des différents types de conflit qui peuvent se produire à l’école et de donner un exemple de chacun.
  • Demandez un exemple à chaque groupe et écrivez-le au tableau.
  • Demandez à chaque groupe de parler d’un type de conflit en identifiant :
    • ce qui l’a provoqué ;
    • comment il aurait pu être évité ;
    • comment il pourrait être résolu.
  • Demandez-leur de faire une présentation de leurs idées devant la classe entière. Après chaque présentation, demandez aux autres groupes d’ajouter leurs propres suggestions sur comment le conflit pourrait être résolu.

Enfin, demandez à chaque groupe d'écrire sur une carte quelle serait la meilleure façon d'éviter leur type de conflit. Ramassez toutes ces cartes et affichez-les.

3. Prendre conscience des causes de conflits dans la communauté et en chercher les solutions

Faire prendre conscience de ce qui peut provoquer les conflits et de la manière de les éviter est important pour des groupes et des individus qui travaillent ensemble.

L'école est un élément central dans toute communauté, les enseignants et les enfants vont représenter toutes les parties de cette communauté. C’est pourquoi l’école devrait jouer un rôle important pour éviter les conflits ou pour négocier une solution dans les conflits touchant la communauté au sens plus large.

Les écoles peuvent aussi aider les élèves à prendre conscience des causes et des problèmes qui entourent les conflits. Certains de vos élèves pourront ultérieurement avoir des rôles importants pour l'aide qu'ils apporteront à la résolution des conflits dans la communauté.

Pour aider vos élèves à devenir des citoyens qui ont confiance, vous devez :

  • vous assurer que votre classe est un environnement harmonieux ;
  • aider vos élèves à comprendre quel en est l’avantage ;
  • les aider à acquérir les compétences nécessaires à la résolution des conflits.

Ce qui est important pour y parvenir, c’est de les aider à comprendre que c'est le comportement qu'on n'aime pas, et non la personne qui a ce comportement.

Étude de cas 3: Impliquer des élèves dans la recherche de solutions à un conflit dans la communauté

Josué Ogoundé travaille dans une école de la région centrale du Togo. Il y avait un conflit entre deux villages proches, Blitta et Pagala, au sujet d'un terrain.

Cela a quelquefois provoqué des problèmes à l’école parce qu’il y avait des élèves qui venaient de ces deux villages et qui arrivaient à l’école après avoir entendu les gens de leur village se disputer.

M. Ogoundé a décidé de s’occuper du problème avec ses élèves.

D’abord, il les a aidés à identifier les différentes choses que les gens des deux villages partageaient. Cela comprenait : aller à la même école et au même dispensaire, utiliser les mêmes moyens de transport et aller au même marché.

Il leur a alors demandé d’identifier ce qui manquait dans chaque village. Une des choses que les élèves ont identifiée était le manque d’un terrain de sport pour le football et pour la course.

Il leur a demandé s’il y avait un endroit où il serait possible de faire un terrain de football. Les élèves ont suggéré un endroit qui se trouvait à mi-chemin entre les deux villages.

Ils ont préparé une présentation disant pourquoi ils avaient besoin d’un terrain de sport et pourquoi cet endroit était le meilleur.

Ils ont invité l'association des parents d’élèves et des professeurs ainsi que les conseils de village à venir. Après la présentation faite par les élèves, tout le monde a discuté des problèmes posés.

Les conseils ont donné leur accord à la suggestion. Les deux villages ont gagné un terrain de sport et les deux conseils ont commencé à coopérer pour sa construction.

Activité clé : Conflits de communauté

Comme travail à la maison, demandez à vos élèves d'apporter chacun une histoire trouvée dans le journal racontant un conflit. La Ressource 2 : Abstenez-vous du tribalisme est un article découpé dans un journal du Botswana, mais vous pouvez utiliser un exemple plus local.

Par groupes, les élèves racontent leurs histoires aux autres. Demandez-leur d’identifier les raisons des conflits.

Demandez-leur de relire encore les histoires et de suggérer quelles pourraient être les différentes solutions. Demandez-leur de dire qui devrait avoir la responsabilité de trouver la solution.

Ensuite, demandez à chaque groupe de choisir une histoire et de présenter à la classe ses idées pour résoudre le conflit. Demandez aux élèves de commenter les présentations des autres et de dire pourquoi ils pensent que la solution suggérée pourrait marcher ou non.

Faites une liste de toutes les suggestions qui ont été faites et demandez à la classe d'écrire les trois dont ils vont se souvenir, qu'ils vont utiliser, et pourquoi.

Quelles sont les principales suggestions qui ont été faites  ?

Comment est-ce que vous les avez explorées avec les élèves  ?

Ressource 1 : Un conflit de famille

Information préliminaire ou connaissance du sujet

Dans la famille Maripe, le mari donnait de l’argent chaque semaine pour les besoins de la famille. Un jour, Papa a dû expliquer à Maman qu’il n’avait pas assez d’argent pour subvenir à ses besoins. Elle ne voulait pas l’écouter. Elle est sortie de la pièce, furieuse, et a claqué la porte derrière elle.

Le matin suivant, l’atmosphère à la maison était tendue parce que Maman ne voulait pas écouter les explications de Papa. Papa essayait encore d’expliquer à Maman pourquoi il n’avait pas assez d’argent, mais elle ne voulait pas l’écouter.

Au bout d’un moment, Papa a demandé aux enfants de parler à leur Maman. C’est ce qu’ils ont fait, en demandant à Maman d’être patiente. Elle les a écoutés et elle a été d’accord.

Maman a bien écouté et a fini par comprendre pourquoi cette semaine Papa n’avait pas eu assez d’argent – il avait dû prêter de l'argent à son frère pour qu'il paie l'école de ses enfants.

Quand elle a entendu cela, elle a compris le problème. Mais en retour, elle a demandé que l’argent de la nourriture de la famille soit mis de côté avant qu’on prête quoi que ce soit aux autres, et même un peu plus pour faire face aux augmentations du prix de la nourriture. Papa a accepté.

L’atmosphère tendue de la maison est devenue agréable et chacun est parti vaquer à ses occupations quotidiennes en se sentant heureux. Maman a embrassé Papa. Papa s'est retourné avec le sourire. Les relations sont redevenues normales dans la famille.

Ressource 2: « Abstenez-vous du tribalisme »

Ressources que les enseignants doivent planifier et adapter au niveau ou aux besoins des élèves

 

« Abstenez-vous du tribalisme »

Par Onalenna Mokhawa

Botswana Daily News, 9 août 2006, N° 148

MAUN – Les résidents de Nokaneng dans la circonscription de Ngami ont été incités à rejeter le tribalisme.

Le député local, Jacob Nkate, a dit vendredi lors d’une rencontre kgotla que le tribalisme était répandu dans les villages de Gumare, Tubu et Nokaneng. Il a demandé aux résidents d’y faire très attention parce que cela pourrait finir par les diviser.

Il a dit que le gouvernement encourageait toutes les tribus à valoriser leurs cultures, mais a averti que la culture mélangée à la politique était une cause potentielle de conflits, et même de guerre.

Jacob Nkate a dit qu'il était désireux d'assister à un événement organisé par le groupe culturel Bayei, s'il y était invité. Au sujet de l’élection d’un représentant du chef de Nokaneng, il a demandé aux résidents de se grouper pour se mettre d’accord sur un candidat. Il y a environ trois mois, une élection s’est tenue, mais le nom a été rejeté. Le député a dit que si l'élection était ouverte et juste, le candidat serait acceptable.

Pendant ce temps, les résidents demandaient une école secondaire de deuxième cycle à Nokaneng pour l'ensemble de la circonscription de Ngami. Ils se plaignaient aussi du manque d'eau qui rendait leur vie très difficile.